Communication entre le système nerveux périphérique et le périoste mandibulaire : rôles du NGF et de la Sémaphorine3a
no title available
par Mauprivez Cédric sous la direction de Saffar Jean-Louis
Thèse de doctorat en Sciences du vivant
École doctorale Génétique, Cellulaire, Immunologie, Infectiologie et Développement

Soutenue le Thursday 06 November 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Neurotransmetteurs
  • Périoste
  • Sympathectomie chimique
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Science de la vie et de la santé
Resumé
L'action du système nerveux périphérique sympathique sur le métabolisme osseux, via la sécrétion de neurotransmetteurs, comme le VIP, est clairement établie. Réciproquement, les cellules osseuses expriment des molécules possédant des propriétés chémo-attractives (NGF) ou répulsives (Sémaphorine 3a) suggérant que l'os est capable de contrôler sa propre innervation. Afin de mieux comprendre les relations entre système nerveux et cellules osseuses, notre travail s'est déroulé en deux étapes.Dans un premier temps, nous avons montré que la sympathectomie chimique à la guanéthidine monosulfatée, au niveau du périoste mandibulaire, modulait le ratio OPG/RANKL par l'intermédiaire de la voie cholinergique du système nerveux sympathique. Le traitement par du VIP des rats sympathectomisés a permis de rétablir le potentiel résorbant du système sympathique et ainsi confirmé le rôle prépondérant du VIP dans la modulation du métabolisme osseux au niveau du périoste mandibulaire. Dans un deuxième temps, nous avons évalué les variations d'expression du NGF et de la Séma3a, en fonction de la disponibilité locale en VIP. La sympathectomie, dans le compartiment ostéogène du périoste mandibulaire, a épuisé les réserves en proNGF et en Sema 3a et provoqué une migration de fibres sensorielles immunoréactives au CGRP où physiologiquement elles sont absentes. Dans compartiment non-ostéogène, la sympathectomie a induit une dégranulation des mastocytes et la libération de βNGF (forme mature) et le développement de fibres CGRP-IR.. Le traitement par le VIP10-28, un antagoniste des récepteurs du VIP, a provoqué des effets similaires à la sympathectomie. In vitro, le VIP n'a pas modifié l'expression relative des ARNm codant pour le NGF et la Séma 3a, augmenté celle de RANKL et diminué celle d'OPG. Le VIP10-28 a permis d'augmenter l'expression d'OPG, et de diminuer celle de Séma3a et de CGRP. L'ensemble de ce travail a permis de montrer que le système sympathique cholinergique, via le VIP, module à la fois le rapport OPG/RANKL et l'expression de NGF et de Sema3a au niveau des ostéoblastes et du périoste mandibulaire et renforce l'hypothèse d'une communication bidirectionnelle entre les cellules nerveuses et osseuses.