Perturbations de l'homéostasie lymphocytaire T chez le macaque rhésus chinois en phase aiguë d'infection par le SIVmac251
T-cell homeostasis disruption during acute SIVmac251 infection of Chinese rhesus macaques
par Ponte Rosalie sous la direction de Cheynier Rémi
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Biochimie, Biothérapies, Biologie Moléculaire, Infectiologie

Soutenue le Thursday 09 October 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cellules T auxiliaires
  • Chimiokines
  • Intestin grêle
  • Macaque rhésus
  • Macrophages
  • VIH (virus)
  • Virus de l'immunodéficience simienne

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
HIV/SIV, Macaque rhésus chinois, Infection aiguë, Intestin grêle, Chimiokines, Lymphocytes T, Macrophages
Resumé
Le macaque rhésus infecté par le virus de l'immunodéficience simienne (SIV) fait l'objet de nombreuses études en tant que modèle de la pathogenèse induite par le virus de l'immunodéficience humaine de type 1 (VIH-1). Il existe deux sous-espèces de macaque rhésus définies notamment d'après leur origine géographique. Le macaque rhésus indien montre une progression pathologique particulièrement rapide, caractérisée par une déplétion massive de la population lymphocytaire T CD4+ intestinale les jours suivant l'infection. Cette déplétion a été associée à la translocation des bactéries commensales à travers l'épithélium intestinal en phase chronique. En revanche, chez le macaque rhésus chinois la vitesse de développement de la maladie est comparable à celle des patients infectés par le VIH-1. En périphérie, les données virales et immunologiques sont également plus proches de ce qui est documenté chez l'Homme infecté. Toutefois, la cinétique de dégradation de la muqueuse intestinale les jours suivant l'infection reste peu explorée dans ce modèle. Dans un premier temps, mes travaux de doctorat ont permis de confirmer la dissémination rapide du SIV dans le tractus gastro-intestinal du macaque rhésus d'origine chinoise. L'intestin grêle, notamment l'iléon, est la cible d'une réplication virale soutenue et très précoce. Malgré une réplication virale intense, le nombre de lymphocytes T CD4+ dans la muqueuse de l'iléon reste constant durant les deux premières semaines suivant l'infection par le virus dans ce modèle. Nous observons en revanche une augmentation conséquente du nombre de cellules T cytotoxiques et de macrophages, suggérant la mise en place d'une forte réponse immune in situ. Nous démontrons que l'augmentation du nombre de ces cellules et le maintien du nombre de lymphocytes T CD4+ dans la muqueuse iléale sont certainement liés, du moins en partie, au recrutement de cellules circulantes. En effet, nous décrivons pour la première fois une augmentation significative de l'expression de nombreuses chimiokines par cette muqueuse dès les premiers jours suivant l'infection. En parallèle nous décrivons, dans le sang périphérique, une diminution transitoire du nombre de lymphocytes T CD4+ et CD8+. Enfin, nous avons décelé une augmentation de l'expression d'interleukine 7 (IL-7) après infection. Cette augmentation, spécifiquement observée dans la muqueuse de l'intestin grêle, est corrélée à l'expression des chimiokines. Ces résultats apportent de nouveaux éléments sur la contribution de l'IL-7 dans la régulation de l'expression des chimiokines par la muqueuse intestinale suite à l'infection par le SIV. L'ensemble de nos résultats démontre que la population de lymphocytes T CD4+ de l'intestin grêle est préservée au cours de l'infection aiguë par le SIV chez le macaque rhésus chinois. En parallèle, l'exacerbation de l'expression locale de chimiokines laisse supposer une relocalisation des cellules du système immunitaire vers la muqueuse intestinale. Ces migrations pourraient avoir des effets délétères pour l'hôte en apportant de nouvelles cibles nourrissant la réplication virale. A l'opposé, le recrutement localisé de cellules immunitaires clés pour le déclenchement des réponses antivirales innées et adaptatives pourrait limiter la réplication du virus. Il est donc crucial de mieux définir l'impact de ce recrutement sur l'immunité muqueuse et la progression de la maladie. Nos découvertes apportent également de nouveaux arguments en faveur de l'utilisation du macaque rhésus d'origine chinoise en tant que modèle de choix pour l'étude de la physiopathologie de l'infection humaine par le VIH-1.