Single particle imaging in the cell nucleus : a quantitative approach
Une approche quantitative de la microscopie en molécule unique dans le noyau des cellules
par Récamier Vincent sous la direction de Darzacq Xavier
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Wednesday 20 November 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • ADN -- Réplication
  • ARN messagers
  • Microscopie
  • Noyau cellulaire

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))
Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Transcription, Recherche de cible, Organisation du noyau, Microscopie super résolutive
Resumé
Le noyau cellulaire est le siège de réactions chimiques dont le but est l'expression de gènes, la duplication du génome et du maintien et l'intégrité de l'information génétique. Ces réactions sont régulées au cours du cycle cellulaire ou en réponse à un stress. Parmi elles, la transcription permet qu'une séquence d'ADN soit reproduite sous forme d'ARN messager. La transcription est un exemple frappant de processus fondamental pour la cellule impliquant parfois un nombre très faible de molécules. En effet, il n'y a souvent dans un même génome que quelques copies d'un même gène. Le but de cette thèse est d'imager les processus nucléaires dans des cellules humaines à l'échelle de la molécule unique et d'en extraire les grandeurs caractéristiques. Depuis les années 90, des inventeurs de génie ont développé des méthodes simples à partir de microscopes inversés ordinaires pour observer des molécules individuelles jusque dans le noyau des cellules. Nous avons utilisé ces méthodes pour suivre des facteurs de transcription qui régulent la transcription d'un gène. Nos mesures montrent que, bien que hiératique, l'exploration du noyau par les facteurs de transcriptions est régulée par leurs propriétés chimiques. L'agencement des composants du noyau guide les facteurs de transcription dans la recherche d'un gène. Comme exemple de cet agencement, nous nous sommes ensuite intéressés à l'organisation de l'ADN dans le noyau pour montrer qu'elle présentait les caractéristiques d'une structure auto-organisée, une structure fractale. Cette structure change en réponse aux aléas de la vie de la cellule. Dans une dernière étude, nous avons suivi un locus dans le noyau d'une levure. La structure du noyau, qui est révélée par notre méthode, contraint la diffusion du locus à un régime de reptation. Tous ces résultats montrent combien la structure du noyau et les réactions chimiques qui y ont lieu sont interdépendantes. Cette thèse a également permis le développement de méthodes de quantification précises des réactions cellulaires à l'échelle de la molécule unique.