Le "Naç" une tradition musicale de Tataouine (Tunisie)
"Naç" a musical practice in Tataouine
par Ben Amara (Mrabet) Ahlem sous la direction de Alvarez-Péreyre Frank
Thèse de doctorat en Ethnologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Thursday 29 November 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Anthropologie
  • Chant
  • Poésie -- Histoire et critique
  • Rites et cérémonies du mariage
  • Tataouine (Tunisie)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Chant,Musique,Tradition,Poésie,Mariage,Rituel
Resumé
A Tataouine, le chant est profondément lié aux diverses activités quotidiennes, y compris les occasions de fêtes. Sa pratique témoigne d'un grand échange culturel. Cette recherche présente un genre vocal appelé naç, connu dans la région de Tataouine (Sud-est de la Tunisie). Elle a pour objectif de présenter le genre vocal naç, de mettre en valeur la production musicale de l'homme et de la femme et de présenter le rituel du mariage qui est une importante occasion de production musicale. La thèse se subdivise en quatre parties : Après une présentation géographique de la région, La deuxième partie présente le genre vocal naç. Elle interroge la pratique musicale dans la région de Tataouine en étudiant les thématiques abordées par la femme et l'homme. La troisième partie étudie la fête du mariage chez trois tribus : Ouled Dabbâb, Ouled Ch'hida et les Dghâghra. Nous examinons le déroulement des rituels en dégageant les chants qui les accompagnent. La quatrième partie comprend des analyses musicales du répertoire chanté. Cette analyse porte d'un côté sur les éléments musicaux (échelles, ambitus, intervalles..), de l'autre côté, elle étudie les rapports entre la musique et la poésie. Cela révèle deux différents types de chant : chants mélismatiques simples du domaine festif et chants mélismatiques riche en phonèmes significatifs du domaine privé.