Détermination du mécanisme d'entrée du rotavirus, impliquant la glycoprotéine VP7 par RMN
Determination of the entry mechanism of rotavirus involving the VP7 glycoprotein by NMR
par Elaid Sarah sous la direction de Bouaziz Serge
Thèse de doctorat en Biophysique
École doctorale Médicament, Toxicologie, Chimie, Environnement

Soutenue le Friday 15 February 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Glycoprotéines
  • Rotavirus
  • Résonance magnétique nucléaire

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Rotavirus,Glycoprotéine VP7,Entrée,Peptide perforateur de membrane,Perméabilisation des membranes,Réarrangement conformationnel,PWR,RMN,ATR-FTIR,Dichroïsme circulaire,Cryomicroscopie électronique
Resumé
Les Rotavirus appartiennent à la famille des Reoviridae, famille du groupe III des virus à ARN double brin. Identifiés en 1973 par Ruth Bishop, ces virus non enveloppés sont la première cause de diarrhée aiguë sévère du jeune enfant dans le monde. La capside virale icosaédrique est constituée de 3 couches protéiques de structure : la couche externe formée par la glycoprotéine VP7 d'où émergent les spicules de protéine VP4, la couche intermédiaire constituée par la protéine VP6 représentant près de 50 % du poids du virus et enfin, la couche interne appelée core, résultant de l'assemblage des protéines VP2, d'où émergent vers l'intérieur les protéines VP1 et VP3. Cette capside renferme un génome divisé en 11 segments d'ARN bicaténaires. A ces 6 protéines structurales s'ajoutent les protéines non structurales qui interviennent lors de la réplication du virus. Les deux protéines structurales, VP4 et VP7 sont essentielles pour la fixation de la particule triple couche (TLP) aux membranes des cellules hôtes, par interaction aux récepteurs intégrines, elle sont également impliqués dans la déstabilisation des membranes endosomales, indispensable à la libération de la particule double couche (DLP) infectieuse dans le cytoplasme. Actuellement, contrairement au mécanisme d'action de la protéine VP5*, celui de la glycoprotéine VP7 est inconnu. L'objectif de cette thèse, a été de comprendre le mécanisme moléculaire de déstabilisation des membranes par les peptides dérivés de VP7. Dans un premier temps nous avons montré, par des études in silico, l'existence d'un domaine prédit en hélice membranaire bordé de résidus arginine et lysine hautement conservés, situé à l'extrémité C-terminale de la glycoprotéine VP7. Ces résultats ont conduit à la synthèse de quatre peptides avec lesquels des tests de perméabilisation de membranes modèles de larges vésicules unilamellaires (LUVs) ont été menés. Ceux-ci ont permis d'identifier le domaine minimum le plus actif, VP723, parmi les peptides sélectionnés. Dans un second temps nous avons déterminé la structure de ces peptides par RMN, dans des conditions mimant l'environnement hydrophobe de la membrane. Le peptide minimal VP723 s'organise en hélice α-amphipathique, structure souvent impliquée dans la déstabilisation des membranes cellulaires. La comparaison de sa structure obtenue par RMN à celle du domaine correspondant dans la structure cristallographique de la protéine native montre le réarrangement conformationnel de ce segment après maturation par la trypsine. Ces résultats ont été confirmés par deux mutants de synthèse, dont l'un est inactif pour la perméabilisation des membranes modèles. Ces travaux ont été complétés par des expériences de Résonance Plasmonique aux Ondes guidée (PWR). Des études par RMN du solide sont en cours afin de déterminer l'orientation du peptide dans les membranes modèles. En conclusion, nos résultats mettent en évidence l'importance du domaine C-terminal VP723 de la protéine VP7 dans la déstabilisation des membranes, permettant d'assurer la translocation de la particule virale infectieuse (DLP) de l'endosome vers le cytoplasme. Un modèle du mécanisme d'entrée du virus, médié par les peptides dérivés de la maturation par la trypsine de la glycoprotéine VP7 est proposé.