Étude de l'expression des cytokines et métalloprotéases dans les tissus péri-implantaires inflammatoires et rôle potentiel du titane dans les péri-implantites
Cytokines & metalloproteases expression in peri-implant inflammatory tissues and the potential involvement of titanium in peri-implantitis
par Ghighi Maxime sous la direction de Bouchard Philippe
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 04 December 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cytokines
  • Implants dentaires
  • Métalloprotéinases
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Interleukine, MMP, Luminex, OPG, RANKL, TIMP, Implant dentaire, Péri-implantite, Parodontite, Titane
Resumé
Les péri-implantites se caractérisent par une destruction inflammatoire irréversible des tissus qui entourent l'implant dentaire. Leur pathogénie est proche des parodontites, maladies inflammatoires chroniques d'étiologie bactérienne entrainant une destruction irréversible de l'os alvéolaire soutenant les dents. Cependant, la réponse inflammatoire et la résorption osseuse diffèrent entre péri-implantites et parodontites. De plus, les traitements conventionnels non chirurgicaux ne sont pas efficaces pour le traitement des péri-implantites. L'objectif de notre travail est d'analyser les différences entre les médiateurs inflammatoires et cataboliques des tissus péri-implantaires en comparaison aux tissus parodontaux malades après une thérapie conventionnelle non chirurgicale. Nous avons bâti une collection biologique d'explants humains de tissus conjonctifs péri-implantaires ou parodontaux malades. Une analyse Multiplex des milieux conditionnés et histologiques des explants a révélé une expression accrue de l'inhibiteur de métalloprotéase TIMP-2, de l'interleukine IL-10 et du RANK-L dans les tissus péri-implantaires. En accord avec une revue de littérature que nous avons mené dans la seconde partie de notre travail, notre hypothèse est que ces différences s'expliqueraient, tout du moins en partie, par la présence de particules de titane au niveau des tissus péri-implantaires. Notre travail participe à la compréhension de la pathogenèse de la maladie et concourt à l'identification de biomarqueurs potentiels pour le pronostic ou le développement d'approches thérapeutiques.