Développement, validation clinique et valorisation d'une nouvelle technologie pour la rééducation de la dextérité manuelle
Development, clinical validation and evaluation of a new technological tool for the rehabilitation of manual dexterity
par Térémetz Maxime sous la direction de Maier Marc
Thèse de doctorat en Neurosciences
École doctorale Cerveau, cognition, comportement

Soutenue le mardi 27 septembre 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Rééducation motrice
  • Technologie médicale

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))
Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Dextérité manuelle, Contrôle de force, Timing, Indépendance des doigts, Accident vasculaire cérébral, Schizophrénie
Resumé
La dextérité manuelle est au centre de notre interaction physique avec le monde. La sophistication des mouvements des doigts chez l'homme nécessite le contrôle de plusieurs composants clés comme la force, l'indépendance, le timing et le séquençage des mouvements des doigts. La dextérité est souvent affectée dans de nombreuses pathologies impactant l'indépendance et la vie quotidienne des patients. Le but global de cette thèse est d'améliorer la rééducation de la dextérité chez ces patients par une meilleure mesure et compréhension de la dextérité et de ses composants. Nous avons développé le Finger Force Manipulandum (FFM), un outil permettant de quantifier les principaux composants de la dextérité chez des sujets sains et des patients. Afin de valider cet appareil, nous avons testé la faisabilité de son utilisation chez des patients souffrant d'un important déficit de dextérité après un accident vasculaire cérébral. Le FFM permet, chez ces patients (N= 10 vs N= 10 sujets sains), de quantifier les différents composants de la dextérité et d'identifier des déficits dans chacun d'entre eux (exemple : les patients font trois fois plus d'erreur que les témoins pour le contrôle de force ; P=0,0002). Les mesures sont plus sensibles que certains tests cliniques comme l'ARAT : elles permettent de détecter des déficits de la dextérité même chez des patients atteignant le score maximum de l'ARAT. Le FFM permet également de créer un profil de dextérité affectée chez chaque patient permettant ainsi de détecter quel composant est significativement affecté et permet aussi de suivre la récupération. Dans une maladie affectant légèrement la dextérité, comme la schizophrénie, lorsque l'on compare les scores FFM des patients stabilisés (N= 35) avec ceux des témoins (N= 20) on constate que les patients ont une performance diminuée de façon significative dans chacun des quatre composants de la dextérité. Certaines des mesures du FFM corrèlent avec des échelles cliniques comme la PANSS (R=0,53, P=0,0019) mais aussi avec des échelles neuropsychologiques. Ces mesures FFM sont également assez sensibles pour détecter une évolution au cours du temps : certains composants restent stables après une remédiation cognitive alors que d'autres s'améliorent. En conclusion, le FFM est un nouvel outil qui permet de quantifier les différents composants de la dextérité. Il est utilisable même chez des patients avec un important déficit manuel et permet d'identifier des profils individuels de dextérité affectée. Il est également assez sensible pour détecter de faibles diminutions de performances motrices comme celles retrouvées chez des patients schizophrènes et pourrait permettre d'identifier certains marqueurs moteurs ayant trait au background neuro-développemental des patients schizophrènes (détection précoce) et à l'évolution de la maladie.