Nouvelles approches thérapeutiques pour l'achondroplasie
New therapeutic approaches for achondroplasia
par Komla-Ebri Davide Selom Komi sous la direction de Legeai-Mallet Laurence
Thèse de doctorat en Génétique
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le lundi 04 juillet 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cartilage -- Maladies
  • Nanisme
  • Tyrosine kinases
Un embargo est demandé par le doctorant jusqu'au 01 septembre 2019
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
FGFR3, Achondroplasie, Inhibiteur tyrosine kinase, Thérapie, Cartilage
Resumé
Des mutations faux-sens au niveau du récepteur à activité tyrosine kinase FGFR3 (Fibroblast Growth Factor Receptor 3) entrainent sa suractivation qui apporte des dysfonctions biologiques dans plusieurs maladies. L'achondroplasie, la forme la plus commune de chondrodysplasie liée à Fgfr3, est une maladie génétique rare, touchant 1 nouveau-né sur 20 000, caractérisée par des signes cliniques spécifiques : nanisme rhizomélique, membres courts, macrocéphalie, hypoplasie de l'étage moyen de la face, compression cervico-médullaire. L'activité anormale du récepteur induit des défauts de l'ossification endochondrale responsables du phénotype pathologique. Pendant longtemps le seul traitement pour cette maladie a été l'allongement chirurgical des membres, cependant au cours des dernières années de nombreux chercheurs ont développé des potentielles stratégies thérapeutiques basées sur des études moléculaires. L'objectif de ma thèse était d'évaluer une nouvelle approche thérapeutique pour l'achondroplasie. Une stratégie thérapeutique prometteuse prévoit l'utilisation de petits inhibiteurs chimiques, connus sous le nom d'inhibiteurs de tyrosine kinases, qui sont capables d'arrêter l'activité de FGFR3. J'ai estimé les effets d'un de ces composés, NVP-BGJ398, dans un modèle murin mimant le nanisme achondroplase (Fgfr3Y367C/+). Des expérimentations effectuées ont montré une amélioration des caractéristiques pathologiques dans les souris traitées avec NVP-BGJ398. Nous avons également examiné l'impact de la mutation activatrice de FGFR3 sur le développement mandibulaire. L'étude a reconnu un défaut dans la croissance mandibulaire chez l'homme et la souris atteints. En outre nous avons pu investiguer la croissance osseuse de la mandibule et corriger le défaut pathologique avec NVP-BGJ398. Enfin j'ai participé à des analyses moléculaires pour décrire comment trois mutations de FGFR3 localisées à la même position (Lys650) peuvent induire trois différents nanismes avec sévérité croissante. Les résultats ont fourni une meilleure compréhension des mécanismes moléculaires pathologiques et pourront mener à des nouvelles cibles pour des approches thérapeutiques.