Rôle du gène H19 dans les cellules souches musculaires
Role of the H19 gene in muscle stem cells
par Martinet-Corbineau Clémence sous la direction de Dandolo Luisa
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 18 January 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Embryologie
  • Muscles -- Régénération
  • Myogénèse
  • Quiescence cellulaire
  • Épigénétique
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Cellules satellites, Quiescence, Épigénétique, Empreinte parentale
Resumé
Le gène H19, soumis à l'empreinte parentale, est fortement exprimé durant le développement embryonnaire, cependant, son expression est réprimée après la naissance dans l'ensemble des tissus à l'exception du muscle squelettique, et plus particulièrement des cellules souches musculaires : les cellules satellites. L'objectif de ma thèse a été de déterminer le rôle du gène H19 dans la mise en place et dans la fonction de ces cellules souches durant la myogénèse adulte. En utilisant un modèle murin présentant une délétion du gène H19, les souris H19¿3, notre laboratoire avait montré que le gène H19 est capable de moduler, dans le muscle embryonnaire, l'expression de neuf gènes appartenant à un réseau de gènes soumis à l'empreinte parentale (IGN) impliqué dans la croissance. Au cours de ma thèse, j'ai étudié le phénotype des muscles de ces souris mutantes qui présentent une hyperplasie et une hypertrophie des fibres musculaires. Ce phénotype est accompagné d'une diminution du nombre de cellules satellites qui apparait lors de l'entrée en quiescence de ces cellules. De façon étonnante, nous avons observé une meilleure capacité de régénération, malgré le nombre réduit de cellules satellites, dans les muscles H19¿3 comparée à celle des muscles wt. Cela indique que la capacité d'auto-renouvellement des cellules satellites n'est pas influencée par l'absence du gène H19. De même, nous avons observé une surexpression de plusieurs gènes appartenant à l'IGN lors de la régénération musculaire des muscles mutants comparés aux muscles wt. Ces résultats indiquent que le gène H19 module l'expression des gènes de l'IGN durant l'embryogénèse et par la suite, durant les étapes de régénération de la myogénèse adulte.