Les ressources numériques comme support aux fonctions d'étayage de l'élève tuteur : cas d'un dispositif en sciences à l'école élémentaire
Digital resources as support for scaffolding functions of the tutor pupil : case of a device set up at primary school in science
par Maryline MEI sous la direction de Sandra JHEAN-LAROSE et de Franc¿ois-Xavier BERNARD
Thèse de doctorat en Sciences de l'éducation
ED 180 Sciences Humaines et Sociales : Cultures, Individus, Sociétés

Soutenue le Friday 30 November 2018 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Information électronique
  • Sciences
  • Technologie éducative
  • Étude et enseignement (primaire)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Tutorat, Interactions entre pairs, Ressources numériques, Étayage, Effet-tuteur, Congruence cognitive, École primaire
Resumé
La thèse s'intéresse aux bénéfices que l'usage des ressources numériques disponibles à l'école primaire est susceptible d'apporter aux situations de tutorat, pratiqué entre élèves de CP et de CE1. Elle requestionne la pertinence de confier à de jeunes enfants le rôle de tuteurs, dans la mesure où les fonctionnalités des environnements numériques permettraient d'alléger les fonctions d'étayage de ces derniers pour qu'ils deviennent plus performants dans leur mission. A la lumière des recherches déjà menées sur le tutorat entre pairs et l'utilisation du numérique à l'école élémentaire, notre recherche propose ainsi d'observer si les spécificités des environnements numériques peuvent favoriser chez les jeunes tuteurs l'émergence de deux composantes d'une situation de tutorat bénéfique aux deux partenaires : la « congruence cognitive » et « l'effet-tuteur ». Notre protocole s'inscrit dans le cadre du programme scolaire du Ministère de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche : utiliser les outils numériques, encourager les conduites d'entraide. Les connaissances à travailler relèvent de la compréhension de phénomènes scientifiques simples (la matière/les états de l'eau). Il s'articule autour d'un pré-test, d'une phase expérimentale (séance de correction puis séance d'entraînement) et deux post-tests. Le post-test 1 propose de réinvestir les connaissances entraînées au cours de la phase expérimentale. Le post-test 2 est identique au pré-test. Ces tests sont proposés à des élèves de CP et CE1 travaillant soit en situation de tutorat, soit binôme mais sans rôle attribué, soit en individuel. Au sein de chaque groupe, une distinction est faite selon que les élèves de CP utilisent un livret papier ou sur un ordinateur portable. Notre objectif est davantage de mettre l'environnement numérique au service de la relation tutorale que de l'apprentissage lui-même. Une première analyse, quantitative, compare les résultats des tests de chaque groupe en distinguant d'une part le niveau des élèves et d'autre part le support utilisé. Elle souhaite vérifier si le recours à un nouvel environnement permet aux deux partenaires de la dyade tutorale numérique de progresser de façon significative non seulement par rapport aux élèves des autres groupes, mais aussi - et surtout - par rapport à leurs homologues ayant travaillé sur un livret papier. Sans distinction des formes de travail, nos résultats indiquent une progression des scores de tous les groupes aux deux post-tests mais la seule utilisation d'un support différent (papier ou ordinateur) n'influence pas la réussite des élèves. Sur la mise en correspondance entre formes et supports de travail, nous constatons que, même dans un dispositif pédagogique pensé pour son utilisation, le support numérique ne permet pas aux tutorés et aux tuteurs de mieux réussir leurs tests que leurs pairs utilisant le support papier. La progression du tutoré et l'« effet-tuteur » attendus dans ce contexte ne sont donc pas observés. Une seconde analyse, qualitative, s'intéresse à la teneur des échanges entre les tuteurs et leurs tutorés, selon qu'ils interagissent en travaillant sur un livret papier ou sur un ordinateur. L'observation porte sur les aspects verbaux et non verbaux et souhaite faire ressortir la congruence cognitive du tuteur. Le logiciel Elan permet l'annotation des échanges filmés. Une analyse globale montre que la congruence, si elle est observable chez le tuteur, n'est, en revanche, pas un indicateur pertinent pour gager de la réussite du tutoré. Par contre, une analyse plus fine met en évidence un lien entre la perception du tuteur de sa fonction et la réussite de son tutoré.