L'adaptateur moléculaire Grb14 contrôle les actions métaboliques et mitogéniques de l'insuline dans le foie
The molecular adapter Grb14 controls insulin metabolic and mitogenic actions in the liver
par Morzyglod Lucille sous la direction de Burnol Anne-Françoise
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le mardi 24 novembre 2015 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Carcinome hépatocellulaire
  • Insuline
  • Insulinorésistance
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Insuline, Grb14, Métabolisme, Lipogenèse, Prolifération, Insulinorésistance, Cancer hépatocellulaire
Resumé
L'insuline, hormone clé du contrôle de l'homéostasie métabolique, exerce également des effets trophiques sur la croissance et la prolifération cellulaire. Des études épidémiologiques ont récemment montré que les individus obèses ou diabétiques de type 2 ont un risque plus élevé de développer des cancers et elles ont également suggéré que l'insuline jouerait un rôle dans ce développement tumoral. Ainsi, une signalisation adéquate en aval du récepteur de l'insuline est indispensable pour éviter des processus physiopathologiques. La signalisation de l'insuline est contrôlée par des mécanismes de rétrocontrôle, dont l'adaptateur moléculaire Grb14 qui agit comme un inhibiteur endogène de l'activité catalytique du RI. L'objectif de ma thèse a été d'étudier les conséquences métaboliques et mitogéniques de l'inhibition de Grb14 in#vivo spécifiquement dans le foie de souris. Dans une première étude, nous montrons que sept jours après l'invalidation de Grb14, les souris présentent une activation des voies de signalisation de l'insuline, qui s'accompagne d'une amélioration de la tolérance au glucose et de la production hépatique de glucose. Cependant, de façon paradoxale, la voie de la lipogenèse est très fortement diminuée. En décryptant le mécanisme moléculaire impliqué, nous montrons que l'inhibition de Grb14 permet la libération de la protéine p62/sqstm1 qui active le facteur de transcription Nrf2, ce qui entraine une inhibition du récepteur nucléaire pro-lipogénique LXR. De façon intéressante, l'invalidation de Grb14 chez des souris ob/ob permet de restaurer la glycémie et la stéatose hépatiques à des valeurs comparables aux témoins. Cette étude a ainsi permis de mettre en évidence une nouvelle voie de régulation de la lipogenèse hépatique. Dans une deuxième étude, nous nous sommes intéressés à l'action mitogénique de l'insuline. Nous montrons que 48 heures après l'inhibition de Grb14, les hépatocytes, qui sont des cellules quiescentes, entrent massivement dans le cycle cellulaire. Ce processus est dépendant de l'expression du RI et est médié par la signalisation PI3K/Akt/mTORC1 et la voie Rb/E2F1. Ces données révèlent ainsi que l'insuline est un puissant facteur mitogène dans le foie et que son action est étroitement contrôlée par l'adaptateur Grb14. D'un point de vue physiopathologique, nous avons pu mettre en évidence une diminution de significative de 58% de l'expression de Grb14 dans une collection de 70 CHC humains, apportant ainsi une explication moléculaire à une action pro-tumorigène de l'insuline dans le foie. L'ensemble de ces deux études permet de placer Grb14 au centre de la régulation des actions métaboliques et mitogéniques de l'insuline dans le foie.