Développement d'une immunothérapie anti-tumorale basée sur un récepteur antigénique chimérique (CAR) ciblant le point de contrôle immunitaire HLA-G : implications pour les tumeurs et leur microenvironnement
Development of anti-tumor immunotherapy based on a chimeric antigen receptor (CAR) targeting the immune checkpoint HLA-G : implications for tumors and their microenvironment
par François ANNA sous la direction de Marc LAVIGNE
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire
ED 562 Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 18 November 2019 à Université de Paris (2019-....)

Sujets
  • Anticorps bloquants
  • Antigènes HLA-G
  • Cellules épithéliales
  • Immunisation
  • Immunisation
  • Immunothérapie
  • Immunothérapie adoptive
  • Micro-environnement tumoral
  • Évaluation de la réponse des tumeurs solides aux traitements

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Point de contrôle immunitaire, Molécule d'adhérence des cellules épithéliales, Vecteur lentiviral
Resumé
Au cours de la dernière décennie, l'avènement des immunothérapies antitumorales a été une vraie percée dans le monde de la cancérologie avec le succès clinique des inhibiteurs de point de contrôle immunitaire (ICP) ou des thérapies cellulaires basées sur l'utilisation de récepteurs antigéniques chimériques (CAR). Cependant, aujourd'hui elles montrent leurs limites contre les tumeurs solides, notamment à cause d'un manque d'antigène spécifique et d'un microenvironnement tumoral complexe capable de moduler la réponse immune au profit de l'expansion des cellules cancéreuses. La molécule HLA-G est une protéine immunosuppressive participant exclusivement à la tolérance foeto-maternelle en contexte normal mais dont la fonction a été détournée par les tumeurs pour inhiber la réponse effectrice à son encontre. HLA-G est donc identifié comme un excellent antigène associé aux tumeurs et son inhibition est un élément crucial pour restaurer la réponse immunitaire anti-tumorale. Cependant, aucune stratégie immunothérapeutique ciblant HLA-G n'existait jusqu'à aujourd'hui.L'absence de traitement efficace contre ou ciblant HLA-G provient de l'incapacité à générer efficacement des anticorps contre cette protéine complexe du fait de la présence de nombreuses isoformes et de leurs caractères immunotolérogéniques. Dans la première partie de ces travaux, grâce à une méthode d'immunisation originale basée sur l'utilisation de vecteurs lentiviraux, nous avons pu générer des anticorps capables de reconnaitre le site d'interaction de HLA-G avec ses récepteurs et donc de potentiellement bloquer la fonction ICP de HLA-G. La deuxième partie de cette étude décrit la génération d'une thérapie CAR ciblant HLA-G en tant qu'antigène spécifique aux tumeurs. Tout d'abord, nous nous sommes préalablement concentrés sur la régulation et l'expression de la chaine CAR au niveau transcriptionnel. Cette approche visait à limiter les multiples effets secondaires liés à une thérapie CAR tels que l'activation continue des cellules CAR-T ou l'élimination de cellules saines exprimant l'antigène ciblé. Nous avons ensuite généré deux nouveaux CAR de 3ème génération capable de reconnaitre spécifiquement les isoformes majoritaires de HLA-G en contexte tumoral, et nous avons démontré leur efficacité à éliminer des tumeurs exprimant HLA-G in vitro et in vivo. Enfin, une série d'optimisations ont été réalisées sur la structure des protéines CAR pour augmenter leur capacité cytotoxique et permettre leur régulation par l'introduction du gène suicide iC9 pour les modèles précliniques. Nous démontrons pour la première fois que la thérapie CAR anti-HLA-G est extrêmement efficace in vitro et in vivo.Enfin, nous discutons du potentiel des immunothérapies anti-HLA-G aussi bien au travers des anticorps monoclonaux bloquants que des cellules CAR-T dans le contexte des tumeurs solides, de leurs implications sur le microenvironnement et de leur possible combinaison avec d'autres immunothérapies.