Tissue-specific role of hepcidin in iron homeostasis and innate immunity
par Zumerle Sara sous la direction de Peyssonnaux Carole
Thèse de doctorat en Physiopathologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 13 March 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Hepcidine
  • Homéostasie
  • Physiopathologie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Physiopathologie
Resumé
Le fer est un élément vital pour l'organisme, mais peut s'avérer toxique si présent en excès. L'hepcidine est le régulateur principal de l'homéostasie du fer dans l'organisme. Un défaut d'expression d'hepcidine est à l'origine de l'hémochromatose, une maladie génétique humaine caractérisée par une surcharge en fer ; inversement, une hypersécrétion d'hepcidine est la cause de différents types d'anémie. L'hepcidine est secrétée principalement par le foie, mais des découvertes récentes ont montré que de nombreux tissus de l'organisme sont capables de produire l'hormone. Au laboratoire nous avons généré un modèle de souris transgénique permettant d'invalider le gène codant pour l'hepcidine dans les tissus d'intérêt. Ce modèle permet d'étudier la contribution de différents tissus dans l'homéostasie du fer. En comparant les souris déficientes pour l'hepcidine spécifiquement dans le foie (HepcΔfoie) avec les souris présentant une délétion de l'hepcidine dans tout l'organisme (HepcΔtot), j'ai pu montrer que les souris HepcΔfoie présentent la même surcharge en fer que les souris HepcΔtot ; dans la circulation sanguine des souris HepcΔfoie, l'hepcidine n'est pas détectable, montrant ainsi que l l'hépatocyte est la source majeure d'hepcidine pour réguler les niveaux de fer dans l'organisme. En conclusion, mes résultats ont permis de montrer que l'hepcidine hépatique est le régulateur principal de l'homéostasie du fer, et que les autres tissus ne sont pas capables de compenser.