Analysis of the roles of Interleukin 15 and CD4+ T cells specific of a dietary antigen in a mouse model of celiac-like enteropathy
Analyse des rôles de l'Interleukine 15 et cellules T CD4+ spécifiques d'un antigène alimentaire dans un modèle murin de l'entéropathie céliaque
par Korneychuk Natalia sous la direction de Cerf-Bensussan Nadine
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Génétique, Cellulaire, Immunologie, Infectiologie et Développement

Soutenue le Wednesday 09 July 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cellules T auxiliaires
  • Interleukine 15
  • Lymphocytes T cytotoxiques
  • Maladie coeliaque

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Maladie céliaque, Interleukine 15, Modèle animal, Cellules T CD8+ cytotoxiques, Cellules T CD4+ auxiliaires, Cellules T régulatrices, GM-CSF, Cellules dendritiques CD103+, Cross-présentation
Resumé
Dans les conditions physiologiques des robustes mécanismes immunologiques empêchent le développement des réponses exagérées aux antigènes alimentaires. En revanche, dans le cas de maladie céliaque, qui affecte environ 1% de la population occidentale, l'exposition au gluten alimentaire d'individus génétiquement prédisposés HLA-DQ2.5/DQ8 provoque l'entéropathie chronique de l'intestin grêle. Les études précédentes chez l'homme ont établi le rôle crucial de la réponse cellulaire T CD4+ restreinte par HLA-DQ2.5/DQ8 et spécifique du gluten. La réponse T CD4+ est nécessaire mais cependant insuffisante pour induire des lésions tissulaires. D'autres études ont suggéré le rôle de l'interleukine 15 (IL-15). Ainsi, l'IL-15 surexprimée dans la muqueuse des patients céliaques peut interférer avec les mécanismes d'immunorégulation et stimuler l'activation des lymphocytes intraépithéliaux T CD8+ cytotoxiques probablement induisant des lésions épithéliales. Comment les cellules T CD4+ spécifiques du gluten et l'IL-15 interagissent pour activer les lymphocytes intraépithéliaux T CD8+ et induisent des lésions n'a pas été toutefois établi. Pour répondre à cette question, nous avons créé un modèle murin basé en croisant des souris OTII possédant des cellules T CD4+ spécifiques de l'antigène modèle, ovalbumine, avec les souris transgéniques hétérozygotes surexprimant une forme secrétée de l'IL-15 humaine dans l'épithélium intestinale (souris hIL-15Tge). Les souris obtenues OTII+/- B6 and OTII+/- hIL-15Tge+/- ont été mises au régime riche en ovalbumine depuis la période prénatale jusqu'à l'âge de 3 mois. Les souris OTII+/- hIL-15Tge+/-, contrairement aux souris OTII+/- B6, exposées de façon chronique à l'ovalbumine ont développé un retard de croissance et une atrophie villositaire associée à l'expansion des cellules intestinales T CD8+ cytotoxiques, comme dans la maladie céliaque. En outre, nous avons démontré que l'IL-15 altérait l'immunorégulation par les cellules T FoxpP3+ et coopérait avec l'IL-2, produite par les cellules T CD4+ activées par l'OVA, pour l'expansion des cellules T CD8+ non-spécifiques de l'OVA. Nous suggérons que le scénario similaire pourrait opérer dans la maladie céliaque. Au cours de cette étude, j'ai observé que la surexpression chronique de l'IL-15 était associée avec l'expansion de cellules dendritiques CD103+CD11c+CD11b-. Dans la partie de résultats supplémentaires, j'ai démontré que cet effet dépend de la production de la cytokine GM-CSF secrétée par les cellules Natural Killer (NK) activées par l'IL-15 et que ces cellules dendritiques étaient enrichies en cellules CD103+ ayant une capacité accrue de cross-présentation in vitro. Ces derniers résultats illustrent comment l'IL-15 peut moduler les réponses immunes adaptatives en orchestrant la coopération entre les cellules NK et les phagocytes mononucléaires.