Molecular and cellular bases for the protective effects of dopamine D1 receptor antagonist, SCH23390, against methamphetamine-induced neurotoxicity in the rat brain
Les bases moléculaires et cellulaires de la protection conférée par l'antagoniste du récepteur D1 de la dopamine, SCH23390, contre les effets toxiques de la méthamphétamine dans le cerveau de rat
par Beauvais Geneviève sous la direction de Noble Florence et de Cadet Jean Lud
Thèse de doctorat en Neurosciences
École doctorale Médicament, Toxicologie, Chimie, Environnement


Sujets
  • Dopamine -- Récepteurs
  • Gènes précoces
  • Méthamphétamine
  • toxicité

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))
Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Méthamphétamine,Récepteurs de la dopamine,IEG,Stress du réticulum endoplasmique,Dysfonction de la mitochondrie,Neurotrophines
Resumé
La méthamphétamine (METH) est une drogue stimulante qui peut causer des déficiences des fonctions cognitives et des dommages irréversibles dans le cerveau des utilisateurs. Il est important de comprendre les mécanismes moléculaires de la toxicité de la drogue pour pouvoir développer des traitements pour contrer les effets toxiques de la METH. Plusieurs études dans notre laboratoire et autres ont montré qu'une seule dose élevée de METH (30-40 mg/kg de poids corporel) suffit à endommager l'arborisation terminale des neurones dopaminergiques dans le striatum et le cortex chez les rongeurs, de même qu'elle peut causer l'activation des signaux apoptotiques produits a partir du réticulum endoplasmique (RE) et de la mitochondrie dans le striatum. De ce fait, le but de cette thèse était d'analyser si la dose toxique de 40 mg/kg de METH injectée par faibles doses répétées (4 fois, avec des intervalles de 2 heures), appelée « binge METH », peut aussi causer des stress cellulaires du RE et de la mitochondrie dans le striatum. Des travaux récents ont suggéré que les récepteurs D1 et D2 de la dopamine pourraient être les intermédiaires de l'apoptose des neurones dans le striatum causée par l'administration d'une unique toxique dose de METH. Nous avons alors émis l'hypothèse que les messages cellulaires diriges par la stimulation des récepteurs D1 et D2 de la dopamine pourraient être à l' origine des effets toxiques du « binge modele ». Le rôle des récepteurs de la dopamine sur l'activation des signaux de l'apoptose a été examiné en utilisant des antagonistes de ces récepteurs. Dans cette dissertation, je donne la preuve que « binge METH » affecte l'expression des immediate early genes de façon différente. Il semble que ces effets soient dépendants de la stimulation du récepteur D1. Un autre volet de cette dissertation a analysé les effets de « binge METH » sur l'expression de gènes impliqués dans la réponse au stress du RE et à l'altération de la fonction de la mitochondrie. Le prétraitement avec l'antagoniste du récepteur D1 de la dopamine, SCH23390, a complètement bloqué l'apparition de ces stress cellulaires après les injections de METH, alors que l'antagoniste du récepteur D2, raclopride, a eu des effets minimes. SCH23390 a aussi bloqué l'effet de METH à causer l'augmentation de la température corporelle des animaux, mais pas raclopride. Cependant, les deux antagonistes ont protégés contre les pertes dans plusieurs marqueurs des neurones de dopamine et sérotonine dans le striatum. De plus, SCH23390, mais non raclopride, a aussi protégé les neurones de sérotonine dans le cortex. Durant mes travaux, j'ai aussi identifié qu'il y a une augmentation de l'ARN messager de activin βA, la protéine TGF-β et Smad2 phosphorylée après les injections de METH. Ces effets sont réduits suite à un prétraitement par SCH23390 ; cependant, raclopride n'a eu aucun effet sur l'expression de TGF-β.En résumé, ces nouvelles données suggèrent que le récepteur D1 joue un rôle prédominant dans la toxicité de la METH.