Adaptive immunity to commensal skin fungi promotes inflammatory flares
L'immunité adaptative contre les champignons commensaux promeut les poussées de maladies inflammatoires cutanées
par Charlotte HURABIELLE-CLAVERIE sous la direction de Armand BENSUSSAN et de Yasmine BELKAÏD
Thèse de doctorat en Biothérapies et biotechnologies
ED 561 Hématologie, oncogenèse et biothérapies

Soutenue le vendredi 27 septembre 2019 à Université de Paris (2019-....)

Sujets
  • Cellules Th17
  • Champignons médicinaux
  • Imiquimod
  • Immunité acquise
  • Microbiote
  • Peau -- Infections
  • Psoriasis
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Les thèses de doctorat soutenues à Université de Paris sont déposées au format électronique

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Microbiote cutané
Resumé
Le microbiote cutané joue un rôle fondamental dans les réponses immunitaires physiologiques de l'hôte. Cependant, la façon dont les réponses immunitaires aux commensaux cutanés peuvent influencer la physiopathologie des maladies inflammatoires cutanées est encore mal comprise. Les champignons font partie du microbiote cutané normal et ils induisent de fortes signatures IL-17 (interleukine 17), une cytokine qui a également un rôle fondamental dans la promotion du psoriasis. Nous démontrons ici que les réponses cellulaires T aux champignons commensaux augmentent la dermatose psoriasiforme imiquimod-induite chez la souris. Lorsque la peau des souris était colonisée avec des champignons avant d'induire une inflammation cutanée avec de l'imiquimod, le phénotype de la maladie psoriasique humaine était reproduit, avec une augmentation des réponse TH17 induites par les commensaux, ainsi que de neutrophil extracellular traps (NETs). Les réponses mémoires TH17 aux champignons commensaux étaient suffisantes pour induire une nouvelle poussée de la maladie après la résolution de l'inflammation initiale. En conclusion, nos données démontrent qu'une réponse TH17 aux champignons cutanés commensaux peut aggraver l'inflammation cutanée et que la reconnaissance des commensaux cutanés dans un contexte inflammatoire peut induire une cicatrice inflammatoire permanente chez les lymphocytes T conduisant à de nouvelles poussées inflammatoires lors de la réexposition aux commensaux initiaux.