Impact à moyen terme de l'implémentation du vaccin conjugué pneumococcique 13 valences en pédiatrie : analyse de séries chronologiques interrompues
Time series analysis approach to assess the impact of 13 valent pneumococcal conjugate vaccine in children
par Naïm OULDALI sous la direction de François ANGOULVANT et de Robert COHEN
Thèse de doctorat en Recherche clinique, innovation technologique, santé publique. Epidémiologie
ED 393 École doctorale Pierre Louis de santé publique : épidémiologie et sciences de l'information biomédicale

Soutenue le lundi 27 avril 2020 à Université de Paris (2019-....)

Sujets
  • Analyse de série chronologique interrompue
  • Infections à pneumocoque
  • Infections à pneumocoques
  • Méningite à pneumocoques
  • Pédiatrie
  • Vaccin antipneumococcique conjugué heptavalent

Les thèses de doctorat soutenues à Université de Paris sont déposées au format électronique

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Pneumopathies aiguës communautaires (PAC)
Resumé
Introduction. Le bénéfice à moyen terme de l'implémentation des vaccins pneumococciques conjugués (VPCs) reste à préciser, du fait du remplacement sérotypique. Nous avons évalué en France, chez l'enfant, l'impact à moyen terme des VPC sur : (i) les méningites à pneumocoque, (ii) les pneumopathies aiguës communautaires (PAC), (iii) la dynamique de résistance aux antibiotiques des sérotypes pneumococciques dans le portage naso-pharyngé. Nous avons également évalué la qualité méthodologique de la littérature concernant l'impact des VPCs sur les infections pneumococciques. Méthodes. Nous avons exploité les données de 3 observatoires pédiatriques établis à l'échelle nationale : l'observatoire des méningites bactériennes de l'enfant (227 centres), l'observatoire des PAC (8 centres) et l'observatoire du portage pneumococcique (121 pédiatres de ville). Une analyse de séries chronologiques interrompues (SCI), promue par la Cochrane à la place des études avant-après, a été conduite, prenant en compte la tendance temporelle, la saisonnalité et l'autocorrélation des données, via des modèles de régression linéaire segmentée avec erreur auto-corrélée. Enfin, une revue systématique méthodologique a été conduite en incluant toutes les études évaluant l'impact des VPC sur les principales formes d'infections à pneumocoque à la fois chez l'enfant et l'adulte, via PubMed, Embase et les références des articles sélectionnés.Résultats. Après une baisse de l'incidence des méningites à pneumocoque de 38% (IC 95% [20 ; 56]) suite à l'implémentation du VPC13 en France, une remontée a été observée depuis Janvier 2015, principalement liée à l'émergence d'un sérotype non vaccinal. De la même manière, la fréquence des CAP a baissé de 44% (IC 95% [32 ; 56]) après l'implémentation du VPC13, mais depuis Juin 2014 seule une très modeste remontée a été observée. Pour le niveau de résistance des sérotypes pneumococciques, après une baisse notable suite au VPC13, une remontée progressive et constante est observée depuis Janvier 2014. Enfin, la revue systématique de la littérature a permis de sélectionner 377 études entre 2001 et 2018. Ces études utilisaient le design avant-après dans 78.5% des cas (N=296) contre 18.3% pour les SCI (N=69).Conclusion. L'impact à moyen terme des VPCs et les conséquences du remplacement sérotypique varient selon les pathologies pneumococciques. Ces résultats sont susceptibles d'évoluer dans les années à venir, nécessitant une surveillance continue. L'utilisation d'outils méthodologiques validés tels que les SCI reste minoritaire à ce jour, et doit être développée pour apprécier la complexité de l'évolution épidémiologique des infections pneumococciques au cours du temps.