Ontogeny of hematopoietic progenitor cells seeding the embryonic thymus
Ontogénie des cellules progénitrices hématopoïétiques colonisant le thymus embryonnaire
par Ramy ELSAID sous la direction de Ana CUMANO
Thèse de doctorat en Sciences de la vie et de la santé. Immunologie
ED 562 Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le lundi 16 septembre 2019 à Université de Paris (2019-....)

Sujets
  • embryologie
  • Hématopoïèse
  • Lymphopoïèse
  • Système hématopoïétique
  • Thymus
  • Vésicule ombilicale
  • Vésicule vitelline
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Les thèses de doctorat soutenues à Université de Paris sont déposées au format électronique

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Aorte-Gonades-Mésonéphros [AGM], Thymopoïèse
Resumé
Au cours du développement embryonnaire, de multiples vagues de progéniteurshématopoïétiques ayant un potentiel de lignage distinct sont régulées de manièredifférentielle dans le temps et dans l'espace. Deux vagues de progéniteurs thymiques (TSPs)colonisent le thymus foetal, où elles contribuent à l'organogenèse thymique et àl'homéostasie. Les TSPs de la première vague génèrent des lymphocytes spécialisés lorsl'embryogenèse et restent dans les tissus tout au long de la vie. De plus en plus de preuves de l'hétérogénéité et de l'organisation stratifiée du système hématopoïétique mènent à une hypothèse commune selon laquelle les premiers TSPs pourraient dériver indépendamment de cellules souches hématopoïétiques (CSH), la contribution relative de ces progéniteurs indépendants des CSH reste incertaine. Comment les CSH foetales contribuent à la lymphopoïèse et aux lymphocytes de type inné résidant dans le tissu tout au long de la vie ? La réponse à cette question met en évidence un défi crucial dans la compréhension de la lymphopoïèse. Une analyse spatio-temporelle nous a permis de retracer le site lymphoïded'origine et son apport de manière efficace et précise. Bien que les progéniteurs dérivés du sac vitellin (YS) expriment des gènes associés aux lymphoïdes (Il7r, Rag1 et Rag2), ils sont dépourvus de potentiel lymphoïde, ce qui indique que ces gènes pourraient être exprimés sans aucune autre conséquence sur le destin cellulaire. Nous avons constaté que la première vague de TSPs est générée exclusivement à partir de progéniteurs dérivés des cellules souches hématopoïétiques (CSH), qui migrent ensuite vers le thymus pour générer des cellules T embryonnaires invariantes aux récepteurs T, en plus de se différencier en cellules lymphoïdes innées (ILC) vers la lignée ILC3. Aux stades de développement ultérieurs, les lymphocytes T adaptatifs sont dérivés de progéniteurs lympho-myéloïdes qui colonisent le thymus et conservent un potentiel de lymphocytes B, d'ILC et de myéloïdes. De plus, les TSPs des deux vagues donnent lieu à toutes les populations d'ILC in vivo. Nos travaux fournissent une analyse détaillée de la thymopoïèse au cours de l'embryogenèse et apportent un nouvel éclairage sur le développement du système immunitaire à plusieurs niveaux