Identification des bases moléculaires et étude physiopathologique de maladies cardiaques rares en pédiatrie
Identification of molecular basis and physiopathology of rare cardiac diseases in peadiatrics
par Guimier Anne sous la direction de Amiel Jeanne
Thèse de doctorat en Génétique
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Tuesday 27 September 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Appareil cardiovasculaire -- Maladies -- Chez l'enfant
  • Aspect moléculaire
  • Coeur -- Maladies
  • Physiopathologie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Génétique, Maladie rare, Cardiopathie congénitale, Mort subite, Cardiomyopathie, Latéralité gauche-droite, Hétérotaxie, Métallopeptidase, Voie Nodal, Mitochondrie, Pyrophosphatase
Resumé
Les maladies rares sont définies en Europe par une prévalence inférieure à 1/2 000 cas et représentent plus de 7000 entités différentes dont 80% sont d'origine génétique. La majorité est de début pédiatrique. J'ai réalisé l'étude de cas familiaux rares avec récurrence dans la fratrie de cardiopathies congénitales avec hétérotaxie (défaut de latéralité gauche/droite) d'une part, et de mort subite cardiaque inexpliquée chez le nourrisson ou en période néonatale d'autre part. La stratégie d'identification de gène par séquençage de l'exome au sein de ces familles dans l'hypothèse d'une transmission autosomique récessive a permis d'identifier trois gènes et d'en étudier deux sur le plan fonctionnel dans différents modèles : 1) Perte de fonction de MMP21 et malformations cardiaques congénitales par anomalie de latéralité embryonnaire. MMP21 code pour une métallopeptidase matricielle dont nous démontrons le rôle très spécifique au niveau du nœud embryonnaire sur un modèle poisson zèbre et souris. Ceci ouvre de nouvelles perspectives dans la compréhension des mécanismes moléculaires qui sous-tendent la mise en place de l'asymétrie gauche/droite chez la plupart des vertébrés. De manière intéressante, alors que tous les mammifères ont le cœur latéralisé à gauche, tous n'ont pas un gène MMP21 codant. Il existe donc plusieurs voies de signalisation de l'asymétrie gauche/droite chez les vertébrés. 2) Mutations hypomorphes de PPA2 et mort subite cardiaque chez le nourrisson. PPA2 code pour une pyrophosphatase mitochondriale et les données chez la levure ont montré que la fonction de cette enzyme était essentielle au fonctionnement mitochondrial. Nous décrivons une nouvelle présentation clinique de maladie mitochondriale responsable de décès par arrêt cardiaque inattendu chez le nourrisson. 3) Perte de fonction de PLCD3 et cardiomyopathie foudroyante par apoptose et nécrose diffuse des cardiomyocytes en période néonatale. Ce résultat nécessite encore d'être confirmé par l'identification d'autres cas mais la fonction de la protéine et des données chez la souris sont des arguments majeurs en faveur de la causalité du gène. Au total, ces travaux sont déterminants à la fois sur le plan clinique dans le cadre du conseil génétique pour les familles concernées et sur le plan fondamental en éclairant les mécanismes biologiques de mise en place de l'axe gauche-droit au cours du développement embryonnaire avec MMP21, sur le rôle essentiel de PPA2 dans la mitochondrie et sur celui de PLCD3 dans la survie des cardiomyocytes en postnatal.