Targeting strategies using B-subunit of Shiga toxin : innovative drug-delivery systems
Stratégies de vectorisation par la sous-unité B de la toxine de Shiga : systèmes de libération d'agents cytotoxiques innovants
par Batisse Cornélie sous la direction de Schmidt Frédéric et de Johannes Ludger
Thèse de doctorat en Chimie organique
École doctorale Médicament, Toxicologie, Chimie, Imageries

Soutenue le Wednesday 28 January 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Anticancéreux
  • Cancer -- Chimiothérapie
  • Composés organiques -- Synthèse
  • Shiga-toxines
  • Thérapie moléculaire ciblée
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Cancer, Vectorisation, Toxine de Shiga, Conjugué, Linker, Activité cytotoxique, Auristatine, SN38
Resumé
Les stratégies thérapeutiques mises en place contre le cancer ont de nos jours besoin de nouveaux médicaments, à la fois plus actifs que ceux déjà existants et induisant moins d'effets secondaires. Ces nouvelles stratégies visent à cibler spécifiquement les cellules cancéreuses. Parmi ces stratégies, ces travaux de thèse concernent la vectorisation active, à l'aide d'un vecteur protéique dérivé de la toxine de Shiga, STxB. STxB reconnait spécifiquement son récepteur biologique Gb3, surexprimé à la surface des cellules cancéreuses humaines. Ce projet de recherche porte sur la conception et la synthèse de conjugués, combinant STxB et un agent cytotoxique. Le linker chimique, qui relie ces deux espèces, a été soigneusement conçu pour respecter les deux critères suivants : être suffisamment stable et néanmoins pouvoir être clivé pour libérer l'agent cytotoxique une fois les cellules cancéreuses atteintes. Un premier linker a été construit autour du motif mercaptoethanol, lié au vecteur STxB par une liaison disulfure. La libération de l'agent cytotoxique peut donc être initiée par un réducteur biologique comme le glutathion, puis par une étape d'auto-immolation. Ce linker a été appliqué à deux composés cytotoxiques très puissants, dérivés de l'auristatine, et a conduit à des résultats prometteurs in vitro. La labilité de la liaison ester à pH acide a également été mise à profit dans l'élaboration de deux linkers, conçus autour de motifs glutamate et thréoninate. L'utilisation d'un agent cytotoxique modérément puissant a été l'occasion de développer une stratégie de multivalence, consistant à augmenter la charge d'agents cytotoxiques sur STxB. Une autre option a été de considérer les nano-batônnets d'or comme une plate-forme nanométrique multimodale, capable de lier plusieurs milliers d'agents cytotoxiques et STxB. Enfin l'incorporation d'une séquence peptidique, connue pour être substrat d'une protéase, a donné lieu à une troisième étude, reposant sur un linker clivable plus sélectivement. Plusieurs linkers ont été étudiées, selon qu'ils libèrent l'agent cytotoxique sous sa forme native ou non.