Clinical and molecular characterisation of type I interferonopathies
Caractérisation clinique et moléculaire des interféronopathies de type I
par Melki Isabelle sous la direction de Crow Yanick J.
Thèse de doctorat en Génétique
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Wednesday 29 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Maladies auto-inflammatoires
  • Maladies autoimmunes
  • Mutation (biologie)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Interféron de type I, Maladies auto-inflammatoires et auto-immunes, Lupus systémique juvénile, Dermatomyosite juvenile, TMEM173, STING, SAVI: STING associated vasculopathy with onset in infancy, MDA5
Resumé
Les interférons de type I (IFN I) sont des cytokines antivirales aux propriétés puissantes. L'induction, la transmission et la résolution de la réponse immunitaire engendrée par les IFN I est minutieusement régulée. Le concept d'interféronopathie de type I, récemment individualisé par notre équipe, repose sur l'hypothèse que certaines pathologies seraient secondaires au déséquilibre de ces voies de signalisation complexes et à la sécrétion excessive et inappropriée d'IFN I. L'inhibition de celle-ci par des thérapeutiques ciblées permettrait de valider cette hypothèse, si les symptômes allégués s'amélioraient, voire disparaissaient. Ce travail de thèse s'est initialement concentré sur la caractérisation clinique et biologique des interféronopathies monogéniques et polygéniques, et secondairement sur l'identification moléculaire de nouvelles mutations du gène TMEM173 à l'origine de l'interféronopathie liée à STING, également appelée SAVI (STING associated vasculopathy with onset in infancy), syndrome auto-inflammatoire associant une atteinte sévère cutanée et pulmonaire. De nouvelles techniques ont permis la sélection de patients présentant une augmentation de l'IFN I en comparaison à des contrôles sains : la signature IFN I, qPCR de 6 gènes stimulés par l'IFN (IFN stimulated genes - ISGs) et le dosage d'IFN alpha sérique ou plasmatique par méthode du SIMOA (single molecule array) permettant la détection de molécules d'IFN de l'ordre du femtogramme (10-18g). Ces méthodes nous ont ainsi permis d'élargir le spectre clinique phénotypique des interféronopathies de type I, initialement considéré comme essentiellement neurologique. Les patients atteints du syndrome d'Aicardi-Goutières, première interféronopathie monogénique décrite, présentaient les signes suivants : dystonie, spasticité, décalage des acquisitions, calcifications intra-cérébrales et anomalies de la substance blanche. Cependant, l'utilisation systématique de nos méthodes de criblage associée à l'avènement des technologies de séquençage à haut débit (next generation sequencing - NGS) a permis de révéler un phénotype plus large, caractéristique des interféronopathies de type I : sur le plan cutané (engelures, vascularite nécrosante des extrémités, sclérodermie), pulmonaire (pneumopathie interstitielle isolée ou non), musculo-squelettique (arthralgies, arthrites, arthropathie de Jaccoud, myalgies et myosites), ophtalmologique (glaucome), néphrologique (néphropathies lupiques), gastro-entérologique (maladies inflammatoires chroniques intestinales précoces), associées à de l'auto-immunité ou un déficit immunitaire inconstants. Notre méthode de sélection nous a notamment permis d'identifier des patients présentant de manière variable des signes cardinaux de SAVI et une de trois nouvelles mutations activatrices dans une région spécifique du gène TMEM173 (codant pour STING). Ces mutations circonscrivent une région de la protéine à ce jour encore jamais impliquée dans le contrôle de la voie de l'IFN I. STING est une protéine du réticulum endoplasmique qui agit comme adaptateur cytosolique de senseurs intracellulaires d'ADN viral dans une voie de signalisation de l'IFN I. STING active TBK1 (TANK-binding kinase) et permet la transcription des IFN I par la phosphorylation d'IRF3. La Janus Kinase 1 (JAK1) et la tyrosine kinase 2 (TYK2) sont activées suite à la stimulation des récepteurs de l'IFN I et phosphorylent les facteurs de transcription STAT1 et STAT2, conduisant à l'expression de nombreux ISGs. Les analyses génétiques, de conformation tridimensionnelle, sur un modèle cellulaire in vitro (HEK293T) et ex vivo sur cellules mononuclées périphériques des patients nous ont ainsi permis de mettre en évidence pour ces mutations un caractère constitutionnellement activé, indépendant de la liaison au ligand cGAMP, mais transmettant ce signal à travers la voie d'aval par TBK1. (...)