Identification et caractérisation moléculaire de la première étiologie génétique responsable de la maladie de Whipple chez l'homme
Identification and molecular caracterization of the first genetic etiology of Whipple disease in human
par Guérin Antoine sous la direction de Bustamante Jacinta Cecilia
Thèse de doctorat en Génétique humaine
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 13 November 2017 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect génétique
  • Maladie de Whipple
  • Maladies infectieuses

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Maladie de Whipple, PID, IRF4, Haplo-insuffisance
Resumé
La maladie de Whipple (MW) est une maladie infectieuse rare, sévère et chronique qui ne touche qu'une minorité d'individus infectés par Tropheryma whipplei (T. whipplei). Le portage chronique et asymptomatique de T. whipplei est moins rare. La pathogénie de la MW reste largement inconnue. Par une approche génétique combinant une analyse de liaison du génome entier et le séquençage de l'ensemble des exons, nous avons testé l'hypothèse d'une prédisposition génétique à la MW. Nous avons étudié une famille multiplexe comprenant quatre patients atteints de la MW mais n'ayant pas d'autres pathologies associées et cinq porteurs asymptomatiques de T. whipplei, pour laquelle nous avons envisagé un modèle autosomique dominant (AD) avec une pénétrance incomplète liée à l'âge. Nous avons montré que la mutation c.292 C>T (p.R98W) dans le gène IRF4 était le seul variant hétérozygote très rare et non-synonyme commun aux quatre patients. Chez la souris, le gène Irf4 est un facteur de transcription qui joue un rôle pléiotrope dans l'immunité. La caractérisation moléculaire de l'allèle muté a montré un effet délétère par un mécanisme d'haplo-insuffisance pour la fonction de facteur de transcription de la protéine. Une augmentation de la localisation cytoplasmique de la protéine a également été observée. De plus, le défaut IRF4 étudié confère une réponse transcriptomique distincte dans les leucocytes stimulés par le BCG ou T. whipplei. En conclusion, nous avons identifié la première étiologie génétique associée à la MW. Le mode d'hérédité est AD avec une pénétrance incomplète, le portage chronique précédant probablement la MW de plusieurs décennies chez les individus hétérozygotes infectés par T. whipplei. Ces travaux permettront de mieux comprendre la pathogénie de la MW, de mieux définir les mécanismes de l'immunité contre T. whipplei et de pouvoir offrir un diagnostic moléculaire et génétique adapté aux familles.