Rôle de l'enzyme IL4-induced gene 1 (IL4l1) en contexte tumoral et sur la physiologie des lymphocytes B
no title available
par Bod Lloyd sous la direction de Prévost-Blondel Armelle
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 25 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cancer -- Immunothérapie
  • Enzymes -- Analyse

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Lymphocytes B, Enzyme, Mélanome, Microenvironnement tumoral, Immuno-oncologie
Resumé
L'immunothérapie est une avancée majeure dans le traitement des cancers, même s'il reste fondamental d'identifier de nouvelles cibles pour optimiser la réponse anti-tumorale. Des enzymes impliquées dans le métabolisme d'acides aminés ont été décrites comme pouvant inhiber ces réponses immunitaires et ainsi favoriser la progression tumorale. Elles sont donc devenues des cibles thérapeutiques de premier choix. L'IL-4 induced gene 1 (IL4I1) est une phénylalanine oxydase qui, au cours de cette dernière décennie, s'est dévoilée dans la littérature comme un véritable outil de la tolérance périphérique. Ses fonctions restent cependant largement inexplorées. Au cours de ma thèse, j'ai étudié les propriétés immunorégulatrices de l'IL4I1 en contexte tumoral dans un modèle de mélanome spontané (souris Ret), mais également dans la physiologie des lymphocytes B (LB). Dans un premier temps, mes résultats mettent en avant que l'activité enzymatique de l'IL4I1 dans les rates des souris Ret est corrélée avec la sévérité de la maladie. De façon intéressante, l'inactivation génétique de l'IL4I1 dans ce modèle (RetIL4I1KO) retarde le développement de la tumeur primaire, mais aussi la dissémination métastatique. Nous démontrons que l'IL4I1, principalement exprimée par les cellules myéloïdes, a la capacité de façonner la composante immunitaire du microenvironnement tumoral, et ce, par le recrutement préférentiel de cellules myéloïdes au détriment d'effecteurs lymphocytaires T. Par ailleurs, mes données chez les souris déficientes pour l'IL4I1 (IL4I1KO) ont mis en évidence un rôle crucial de l'IL4I1, régulant de nombreuses étapes de la biologie des LB. Les souris IL4I1KO présentent une sortie accélérée des LB de la moelle osseuse, entraînant l'accumulation de LB folliculaires en périphérie. Ces souris ont un taux sérique élevé d'immunoglobulines naturelles et des anticorps auto-réactifs. Nous démontrons aussi que l'IL4I1 contrôle la réaction du centre germinatif, la différenciation des plasmocytes et la production d'anticorps spécifiques en réponse à une immunisation par un antigène T-dépendant. In vitro, l'absence de l'IL4I1 dans les LB augmente l'activation des voies de signalisation en aval du récepteur à l'antigène des LB (BCR), ainsi que leur prolifération. Par conséquent, nos résultats révèlent une propriété clé de l'IL4I1, contrôlant négativement l'activation dépendante du BCR. Compte tenu de l'effet majeur de l'IL4I1 sur la biologie des LB, il reste important d'investiguer si l'hyperréactivité du BCR des LB déficients pour l'IL4I1 participe au meilleur contrôle de la progression tumorale.