Identification de facteurs biologiques de la transition psychotique
Identification of biological factors during the psychotic transition
par Chaumette Boris sous la direction de Krebs Marie-Odile
Thèse de doctorat en Neurobiologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 05 September 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Biologie humaine
  • Prodromes (médecine)
  • Schizophrénie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Transition psychotique, Émergence, Schizophrénie, Psychose, Premier épisode psychotique, Prodrome, État mental à risque
Resumé
La psychose est un syndrome apparaissant progressivement à l'adolescence chez des individus à risque selon un processus dynamique appelé transition psychotique. Ces individus à risque sont repérables cliniquement mais les données biologiques actuelles sont insuffisantes pour expliquer l'apparition de la psychose. Au cours de cette thèse, nous avons cherché à identifier les facteurs biologiques responsables de ce processus. Les hypothèses permettant d'expliquer la transition psychotique privilégient l'interaction gène x environnement, sous-tendue par des mécanismes épigénétiques. Nous avons mené une étude des modifications de la méthylation de l'ADN et de la transcription à l'aide de techniques de biologie moléculaire et de bio-informatique à l'échelle pan-génomique. La transition psychotique semble être liée à des modifications de méthylation et de transcription de gènes impliqués dans des mécanismes comme le guidage axonal ou la régulation du stress oxydatif. Ces modifications longitudinales pourraient refléter l'influence de l'environnement. Les facteurs environnementaux pourraient déréguler l'axe biologique du stress dès les phases précoces de la maladie, comme le suggère l'augmentation de la sécrétion de cortisol basal que nous avons montré chez les individus à risque. En outre, il est probable que des spécificités au niveau des gènes et des processus régulant l'épigénome soient également impliquées dans cette réponse individuelle à l'environnement. Nous avons montré l'importance du métabolisme mono-carboné au moins dans un sous-groupe spécifique de patients. Ces résultats doivent être répliqués et étendus dans d'autres paradigmes pour valider l'implication de ces processus dans la transition psychotique. En cas de confirmation, ces voies biologiques pourraient s'avérer être des pistes intéressantes pour développer des thérapeutiques ciblées et relever le défi de la prévention de la psychose chez des individus à risque.