Etude de l'activité in vitro des β-lactamines sur Mycobacterium abscessus et recherche de leurs cibles
In vitro activities of β-lactams against Mycobacterium abscessus and search of the β-lactams targets
par Lefebvre Anne-Laure sous la direction de Mainardi Jean-Luc
Thèse de doctorat en Microbiologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 27 November 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Mucoviscidose
  • Mycobacterium abscessus
  • ¿-lactamases
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Β-lactamines, Β-lactamase, Mucoviscidose, Mycobacterium abscessus, Transpeptidases
Resumé
Mycobacterium abscessus est une mycobactérie responsable principalement d'infections pulmonaires, en particulier chez les patients atteints de mucoviscidose ou de dilatation des bronches. M. abscessus est naturellement résistante aux antituberculeux, laissant peu d'options thérapeutiques. Le traitement de référence associait classiquement un aminoside, un macrolide (clarithromycine) et une β-lactamine (céfoxitine ou imipénème), avec un taux de succès d'environ 50 %. Cependant, des souches résistantes à la clarithromycine sont fréquemment isolées, remettant en cause l'utilisation de cet antibiotique. M. abscessus produit naturellement une β-lactamase à large spectre (BlaMab) mais les mécanismes d'action des β-lactamines n'ont pas été étudiés chez cette espèce, ce qui constitue une entrave à l'optimisation des traitements par cette classe d'antibiotiques. Le premier objectif était d'identifier et de caractériser les cibles des β-lactamines chez cette espèce. Inhibant la dernière étape de polymérisation du peptidoglycane, les cibles potentielles des β-lactamines sont trois familles d'enzymes : les D,D-transpeptidases et les D,D­carboxypeptidases appartenant à la famille des protéines de liaison à la pénicilline (PLP), ainsi que les L,D-transpeptidases qui sont majoritairement responsables de cette dernière étape chez cette espèce. Pour identifier les cibles, des mutants résistants aux β-lactamines ont été sélectionnés à partir de la souche de référence M. abscessus CIP104536 et d'un dérivé portant une délétion du gène blaMab (¿blaMab). Pour les deux souches, l'émergence de la résistance aux β-lactamines a requis de multiples étapes, ce qui constitue un atout pour leur utilisation thérapeutique. Pour les mutants obtenus à partir de la souche CIP104536, les analyses phénotypiques ont montré que la résistance aux β-lactamines n'est pas due à une augmentation de l'efficacité catalytique de BlaMab, à une surproduction de cette enzyme, ou à une diminution de la perméabilité. Le séquençage des génomes de mutants résistants n'a pas révélé de mutations dans les gènes codant pour les L,D-transpeptidases, mais des mutations ont été trouvées dans des gènes codant pour deux PLP. D'autres mutations se situent dans des gènes codant en particulier pour des protéines non caractérisées. L'acquisition de la résistance pourrait donc dépendre de mutations affectant des facteurs essentiels à l'activité des cibles des β­lactamines. Le deuxième objectif était d'étudier et de comparer l'activité in vitro des β-lactamines sur M. abscessus. Des expériences de bactéricidie et d'activité intracellulaire chez le macrophage infecté ont été effectuées pour les souches CIP104536 et ¿blaMab. Parmi les antibiotiques étudiés (amikacine, céfoxitine, imipénème, ceftaroline, et amoxicilline), l'imipénème est le plus efficace sur les deux souches. Sur la souche ¿blaMab, l'association d'imipénème et d'amikacine est bactéricide. En l'absence de BlaMab, l'amoxicilline est aussi efficace que l'imipénème. L'avibactam augmente l'activité de la ceftaroline mais l'inhibition de BlaMab est seulement partielle en intracellulaire. Les résultats obtenus in vitro montrent que l'imipénème est supérieur à la céfoxitine pour des concentrations atteignables dans le sérum. L'inhibition de BlaMab pourrait augmenter l'efficacité de l'imipénème et d'autres composés utilisés pour traiter les infections pulmonaires à M. abscessus.