Défauts de la réparation de l'ADN et développement lymphoïde : Analyse de situations pathologiques chez l'homme et la souris
DNA repair defects and lymphocyte development : Study of pathological contexts in human and mice
par Vera Gabriella sous la direction de Villartay Jean-Pierre de
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Biochimie, Biothérapies, Biologie Moléculaire, Infectiologie

Soutenue le Monday 12 November 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • ADN -- Réparation
  • Anémie aplastique
  • Déficits immunitaires combinés sévères
  • Hématopoïèse

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
NHEJ,Cernunnos,XLF,Recombinaison V(D)J,Réparation de l'ADN,Déficits immunitaires,Instabilité génomique,Aplasie médullaire
Resumé
Au cours de leur développement, les cellules du système hématopoïétique sont très exposées aux dommages à l'ADN qui peuvent avoir une origine exogène ou endogène. Les organismes vivants ont développé de nombreux mécanismes de réparation pour y faire face, et leur dysfonctionnement est responsable de maladies rares mais sévères chez l'Homme. Un des deux mécanismes de réparation des cassures double-brin (CDB) de l'ADN joue un rôle prépondérant dans le développement du système immunitaire (SI) des mammifères. Il s'agit de la voie de réparation des extrémités non-homologues (NHEJ) qui est absolument essentiel au bon déroulement de la recombinaison V(D)J dans les progéniteurs lymphocytaires de la moelle osseuse et du thymus. En effet, la formation de CDB de l'ADN est une étape clé de ce remaniement. De même, bien que dans une moindre mesure, le NHEJ intervient pour réparer les cassures induites par AID lors de la commutation de classe des immunoglobulines (Ig- CSR). Notre équipe a précédemment identifié un nouveau facteur du NHEJ, Cernunnos (ou XLF), responsable chez l'Homme de déficit immunitaire combiné sévère (DCIS) associé à une sensibilité aux rayonnements ionisants (RI) et à une microcéphalie. Afin de mieux comprendre le rôle de Cernunnos dans le système hématopoïétique et dans le développement des lymphocytes en particulier, nous avons créé un modèle murin invalidé pour ce gène. De façon surprenante, le développement lymphocytaire se fait quasi normalement dans ces souris, le seul défaut observé est une diminution du nombre de lymphocytes. Cependant, l'analyse fine du répertoire des cellules T a permis de mettre en évidence un biais dans l'utilisation des segments variables V et J de la chaîne α du récepteur (TCRα). Ce serait là la signature d'un défaut de survie des thymocytes, passant par une activation chronique de la voie de l'apoptose dépendante de p53 en réponse à l'accumulation de dommages de l'ADN. Certaines sous- populations de lymphocytes T, comme les iNKTs et les MAITs, seraient ainsi affectées. Par ailleurs, notre équipe poursuit la caractérisation génétique et fonctionnelle de pathologies chez des patients dont le tableau clinique laisse penser qu'il existe un déficit immunitaire ou hématologique primaire associé à un défaut de réparation de l'ADN. Nous nous sommes intéressés à un patient dont le tableau clinique combinant déficit hématopoïétique et instabilité génomique suggère une origine génétique forte. Grâce aux techniques de séquençage haut- débit et à l'étude de ségrégation au sein de la famille nous avons pu isoler plusieurs mutations dont une nous a interpellé plus particulièrement