Rôle des facteurs de la réparation de l'ADN dans la dynamique du génome au sein du système immunitaire
Role of DNA repair factors in genome dynamics in the immune system
par Kaltenbach Sophie sous la direction de Villartay Jean-Pierre de
Thèse de doctorat en Développement
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Thursday 12 November 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • ADN -- Réparation
  • Dépistage génétique
  • Système immunitaire

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Réparation de l'ADN, Déficits immunitaires, Instabilité génomique, Répertoire TCRα, Séquençage de l'exome
Resumé
Le système immunitaire est particulièrement dépendant des mécanismes de réparation de l'ADN, en effet le développement du système immunitaire adaptatif nécessite certains mécanismes de réparation de l'ADN, lors de la recombinaison V(D)J et lors de la commutation de classe des immunoglobulines. De plus, le système hématopoïétique est par sa nature très sensible aux lésions spontanées de l'ADN. Il existe chez l'homme de nombreux déficits immunitaires directement liés à un défaut de réparation de l'ADN. L'identification du gène responsable est importante pour un conseil génétique familial approprié et pour la prise en charge médicale. Nous avons accès aujourd'hui à de puissants outils de dépistage génétique grâce au séquençage à haut débit et la liste des gènes responsables d'un déficit immunitaire s'allonge de plus en plus en rapidement. La première partie de ce travail porte sur la mise au point d'un nouvel outil de dépistage rapide des déficits de la réparation de l'ADN, en particulier dans le cas de déficit immunitaires. Ce test est fondé sur l'observation d'un biais du répertoire du TCR¿des lymphocytes T circulants lorsque les thymocytes ont une durée de vie diminuée, or un défaut de réparation de l'ADN entraîne une diminution de la survie thymocytaire. Nous avons mis au point deux techniques, par biologie moléculaire et par cytométrie en flux, pour détecter un éventuel biais du répertoire du TCRα et évaluer la pertinence de ce test dans les déficits immunitaires liés à un défaut de réparation de l'ADN. Un biais a notamment été détecté dans les cas de déficit en facteur du NHEJ et en ATM. Nous avons également établi en collaboration avec le service d'Immunologie Clinique de l'hôpital Saint-Louis une cohorte de patients atteints de déficit immunitaire commun variable (DICV) dont la présentation clinique est évocatrice d'un défaut de réparation de l'ADN. Une série de test fonctionnels de dépistages de déficit de la réparation de l'ADN ainsi que des analyses génétiques (CGH array, séquençage complet de l'exome) ont été fait chez ces patients afin d'identifier de nouveaux gènes impliqués dans les DICV. Parmi les 18 patients analysés, dans 5 cas on retrouve une sensibilité cellulaire accrue aux agents génotoxiques et chez 15 patients, un gène candidat a été identifié. Ces résultats sont encore préliminaires et la caractérisation génétique et fonctionnelle des mutations identifiées sera poursuivie par notre équipe. Pour finir, nous avons entrepris l'exploration génétique et fonctionnelle de deux mutations identifiées chez une jeune patiente atteinte de déficit immunitaire combiné (CID) associé à un syndrome lymphoprolifératif et une auto-immunité, et chez qui une hypersensibilité cellulaire à la Mitomycine C, agent pontant de l'ADN, a été détectée. La première mutation a été identifiée dans le gène ELKS qui code pour un facteur impliqué dans la réparation de l'ADN. La complémentation fonctionnelle de ce gène prouve l'implication de cette mutation dans l'hypersensibilité des cellules de la patiente à la MMC. Nous avons développé un modèle murin KO conditionnel de ce gène dans les cellules hématopoïétiques qui n'a pas montré de défaut de développement du système immunitaire. La deuxième mutation identifiée se situe dans le gène BACH2 codant pour un répresseur transcriptionnel très impliqué dans le développement du système immunitaire. Les souris KO pour ce gène ont un phénotype proche du déficit immunitaire décrit chez cette patiente. Les investigations de cette mutation sont en cours chez elle et chez les membres de sa famille également porteurs de la mutation.