Etude clinique et génétique des anomalies du corps calleux chez le foetus
Clinical and genetic analysis of corpus callosum anomalies in fetuses
par Alby-Averseng Caroline sous la direction de Attié-Bitach Tania
Thèse de doctorat en Génétique
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 16 October 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Corps calleux
  • Ontogenèse
  • Polydactylie

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Génétique, Corps calleux, KIAA0586, Syndrome hydrolethalus, Côtes-courtes polydactylie type II et IV, Voie sonic hedgehog, Foetopathologie
Resumé
Le corps calleux (CC) est la principale commissure cérébrale connectant les aires corticales homologues des deux hémisphères chez les vertébrés placentaires. Les malformations du corps calleux (MCC) représentent la malformation cérébrale la plus fréquente à la naissance et sont présentes chez 5% des individus avec anomalie neuro-développementale. Une meilleure connaissance de l'ontogenèse du corps calleux et de ses causes génétiques devrait permettre d'ouvrir la voie à des corrélations cliniques pour un meilleur conseil génétique. Cet aspect constitue probablement l'enjeu de la prochaine décennie concernant les foetus avec MCC. Le travail de thèse a porté sur 138 foetus avec MCC, pour lesquels nous avons fait un examen foeto-neuropathologique et une classification en plusieurs catégories. Au total, ce travail a permis : 1/le démantèlement des causes génétiques des MCC par une triple approche de CGH array, d'exome en trio et de panels ciblés, avec une augmentation considérable des causes identifiables de MCC au sein de cette cohorte, 2/ l'identification et la caractérisation fonctionnelle d'un nouveau gène de ciliopathie dans un phénotype extrême ; 3/ l'identification de 3 nouvelles mutations de ZBTB20, récemment identifié comme responsable du syndrome de Primrose, démontrant que ce syndrome est une cause fréquente de MCC et permettant une description clinico-radiologique plus précise. 4/ L'identification de plusieurs gènes candidats en cours de validation.