Nouveaux correcteurs de la protéine F508del-CFTR dans le contexte de la mucoviscidose
New correctors of the protein F508del-CFTR in the context of cystic fibrosis
par Bitam Sara sous la direction de Edelman Aleksander
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire et moléculaire
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 25 September 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Mucoviscidose
  • Protéasome
  • TNF-alpha
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Mucoviscidose, CFTR, Molécules correctrices, C407, Adressage, Inflammation, Cytokine pro-inflammatoire, TNFα
Resumé
La mucoviscidose est la maladie génétique récessive la plus fréquente dans les populations caucasiennes. Elle est dûe à des mutations dans le gène CFTR qui code pour une protéine qui a une fonction canal chlorure et qui est exprimée au pôle apical des épithéliums sécrétoires. La mutation la plus fréquente F508del altère le repliement de la protéine, induisant sa dégradation précoce par le protéasome et son absence à la membrane plasmique. La recherche fondamentale se focalise sur la protéine mutée et cherche à découvrir des molécules capables d'adresser celle-ci au pôle apical des cellules épithéliales où elle pourra remplir sa fonction de canal chlorure. Au sein du laboratoire, nous nous intéressons aux interactions de la protéine CFTR/ F508del-CFTR avec d'autres protéines. Nous avons déjà montré l'existence d'une interaction non voulue entre F508del-CFTR et un filament intermédiaire, la cytokératine 8. En combinant une approche in-silico et du criblage haut débit, nous avons identifié des molécules capables d'interrompre ces interactions. Des tests fonctionnels sur des lignées cellulaires ainsi que sur des modèles murins ont montré une restauration de la fonction canal chlorure après traitements avec ces molécules. Au cours de ma thèse, je me suis intéressée à l'une d'entre elles qui est la molécule « c407 ». L'objectif de ma thèse était de comprendre les mécanismes d'action de cette molécule. J'ai également évalué l'efficacité des traitements actuels dans le contexte des allèles complexes de F508del-CFTR. Dans une seconde partie de ma thèse, j'ai étudié l'effet d'une cytokine (TNFα) sur la protéine mutée F508del-CFTR. De façon inattendue, j'ai observé que le TNFα, à des concentrations physiologiques, corrige le défaut de routage de la protéine F508del-CFTR. Cette observation pourrait expliquer une fonction résiduelle de la F508del-CFTR chez certains patients atteints de mucoviscidose. En conclusion, mes travaux ont permis de préciser les mécanismes d'action d'un correcteur et de découvrir un effet inattendu d'une cytokine pro-inflammatoire. Ces travaux permettent de relier la correction d'un défaut de routage au processus inflammatoire ouvrant ainsi un nouveau champ d'investigation.