Induction de réponses mémoires lymphocytaires T CD8 et protection vaccinale après transfert de gènes par le vecteur AAV recombinant
Induction of lymphocytic memory CD8 T cell responses and vaccinal protection following genes transfer by recombinant Adeno-Associated Virus (rAAV) vector
par Ghenassia Alexandre sous la direction de Davoust Jean
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Friday 30 October 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cellules T auxiliaires
  • Lymphocytes -- Activation
  • Mémoire immunologique
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Mémoire immunologique, Vaccination, Vecteur AAV recombinant, Lymphocyte T CD8+ mémoire, Voies de présentation d'antigène, Voies d'administration, Lymphocyte T CD4+ auxiliaire
Resumé
La mémoire immunologique est le mécanisme biologique fondamental à la base du développement de la vaccination. La compréhension de ce mécanisme ainsi que de ses interactions avec les différents acteurs du système immunitaire a permis l'élaboration de vaccins qui sont aujourd'hui les garants d'une protection accrue face à l'émergence de maladies infectieuses potentiellement mortelles. La voie d'injection et le mode de transfert de ces vaccins sont des paramètres majeurs à prendre en considération car ils définissent une modulation des réponses immunitaires et de leurs spécificités d'action. De nos jours, seule la voie intramusculaire demeure la voie majoritaire d'administration de vaccins lors de la prophylaxie primaire en santé humaine. Au cours de notre étude, nous nous sommes intéressés à comparer l'injection d'un antigène (l'ovalbumine) selon deux voies d'administration : la voie intramusculaire et la voie intradermique. Nous nous sommes également appuyés sur une technologie du laboratoire qui consiste à transférer des gènes par des vecteurs AAV2/1 recombinants. Nous disposions de deux constructions de ces vecteurs ayant une spécificité pour cibler les cellules musculaires et permettant l'apport d'un effet auxiliaire par les lymphocytes T CD4+ lors d'injections dans des souris femelles. De plus, une de ces constructions nous permettait d'éviter la voie de présentation directe de l'antigène par les cellules dendritiques (DCs) aux lymphocytes T CD8+. Les capacités modulatrices de ces vecteurs nous permirent de montrer pour la première fois que le vecteur AAV2/1 recombinant était capable de faire exprimer un transgène au sein de la peau et d'y générer une réponse cellulaire forte. Nous avons également montré qu'il existait une synergie d'action entre l'effet auxiliaire et la voie intradermique qui améliorait considérablement les réponses cellulaires issues de la présentation croisée d'antigène. Enfin, nous avons pu démontrer que les lymphocytes T CD8+ générés suite à cette synergie d'action présentaient un profil phénotypique de cellules mémoires polyfonctionnelles et capables de protéger l'hôte face à un challenge pathogénique.