Transcriptomic analysis of the immune microenvironment of non-hematopoietic human tumors
Analyse transcriptomique du microenvironnement immunitaire des tumeurs humaines non-hématopoïetiques
par Becht Etienne sous la direction de Fridman Wolf Herman
Thèse de doctorat en Immunologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 21 September 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Cancer -- Immunothérapie
  • Cancer colorectal
  • Micro-environnement tumoral
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))
TEL (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Immunologie
Resumé
Le microenvironnement des tumeurs est composé de cellules immunitaires, de fibroblastes et de cellules endothéliales, ainsi que d'autres cellules non-malignes. Son étude a permis d'établir des classifications qui ont une valeur pronostique et théranostique, ainsi que de développer des traitements modulant la composition et l'orientation fonctionnelle du microenvironnement. En parallèle, des classifications moléculaires des tumeurs ont proposé des taxonomies stratifiant les cancers humains en sous-groupes associés à des différences de survie des patients et leur réponse aux traitements. Des études récentes suggèrent que le phénotype de la cellule cancéreuse est un facteur critique dans le façonnement du microenvironnement tumoral, suggérant un possible consensus entre les classifications immunitaires et moléculaires. Le but de cette thèse était donc de caractériser le microenvironnement des sous-groupes moléculaires de tumeurs humaines. Le cancer colorectal a été le premier cancer humain dans lequel il a été mis en évidence qu'une réponse immunitaire adaptative était associée à un contrôle de la croissance tumorale, et représente ainsi un exemple type pour l'immunologie des tumeurs. A l'inverse, le carcinome du rein à cellules claires est une exception vis-à-vis de l'immunologie des tumeurs, puisqu'une forte réponse immunitaire adaptative y est associée à des tumeurs plus agressives. Des classifications transcriptomiques ont été récemment établies pour ces deux cancers, qu'à première vue tout oppose sur le plan immunitaire. Dans ce travail, je propose une méthode permettant l'étude du microenvironnement tumoral à partir de données transcriptomiques, et décris son application à l'étude du contexte immunitaire des cancers colorectaux et du rein à cellules claires. Ces analyses suggèrent qu'une unification des classifications moléculaires et immunitaires des tumeurs humaines est possible, remettent en cause notre conceptualisation des liens entre la composition du microenvironnement tumoral et le pronostic du patient, et évoque des pistes immunothérapeutiques potentiellement adaptées à certains sous-groupes de patients dans ces cancers.