Neuronal polarization shapes the targeting and signaling of G-protein coupled receptors (GPCRs) : type-1 cannabinoid receptors and 5-HT1B serotonin receptors show highly contrasted trafficking and signaling patterns in axons and dendrites
La polarisation neuronale façonne l'adressage et la signalisation des récepteurs couplés aux protéines G (RCPG) : le récepteur canabinoïque de type 1 et le récepteur sérotoninergique 5-HT1B ont un trafic et une signalisation différents dans les axones et les dendrites
par Ladarré Delphine sous la direction de Lenkei Zsolt
Thèse de doctorat en Neurosciences et Pharmacologie
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Friday 03 October 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Axone
  • Dendrites (cytologie)
  • Récepteurs couplés aux protéines G

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Récepteurs couplés aux protéines G, RCPG, Récepteur canabinoïque de type 1, CB1R, Polarisation neuronale, Dendrites, Axons, Trafic, Signalisation
Resumé
L'architecture polarisée des neurones est mise en place est maintenue grâce à un adressage hautement contrôlé de protéines vers l'axone ou vers le compartiment somatodendritique. Parmi ces protéines, les récepteurs aux protéines G (RCPG) neuronaux sont des cibles pharmacologiques clés. Cependant, leur pharmacologie est généralement étudiée dans des lignées cellulaires non polarisées et les résultats obtenus dans ces systèmes ne caractérisent pas correctement les effets physiologiques de l'activation des RCPG présents dans le cerveau. Par conséquent, un des principaux sujets de recherche de notre équipe est de comprendre comment la polarité neuronale influe sur la pharmacologie des RCPG, en étudiant l'un des RCPG les plus abondants dans le cerveau : le récepteur cannabinoïque de type-1 (CB1R). Les études précédentes de notre groupe ont suggéré que CB1R acquiert une polarisation axonale grâce à un adressage transcytotique : après leur synthèse, ces récepteurs apparaissent sur la membrane plasmique somatodendritique d'où ils sont rapidement enlevés par endocytose constitutive puis adressés à la membrane plasmique axonale où ils s'accumulent du fait d'une endocytose réduite. Au début de ma thèse, nous avons directement mesuré cette endocytose différentielle et le transport transcytotique de CB1R en utilisant des neurones de rats mis en culture dans des dispositifs microfluidiques. De plus, nous avons montré que des traitements pharmacologiques prolongés peuvent fortement changer la distribution de RCPG à la surface neuronale. Ces résultats démontrent que l'équilibre endocytotique dépendant du compartiment neuronal, qui est contrôlable pharmacologiquement, est important pour la distribution des RCPG neuronaux. Dans une seconde partie, nous avons étudié si le trafic différentiel de CB1R entre axones et dendrites est corrélé avec une pharmacologie différentielle. CB1R est majoritairement couplé à des protéines de type Gi/o et est connu pour inhiber la production d'AMPc. Nous avons donc développé l'imagerie par Föster Resonance Energy Transfer (FRET) appliqué aux cultures de neurones d'hippocampe de rats afin de mesurer la modulation de la voie de signalisation AMPc/PKA en aval de CB1R endogènes dans l'ensemble des compartiments neuronaux : somata, dendrites, mais aussi dans les axones matures très fins. Nos résultats montrent que CB1R possède une pharmacologie différente entre les dendrites et les axones. Notamment, son activation conduit à une diminution plus forte de l'activité basale de la PKA dans les axones comparé aux dendrites, lié au plus grand nombre de récepteurs présents sur la membrane de ce compartiment. De plus, nous démontrons que, contrairement aux récepteurs axonaux, les CB1R somatodendritiques inhibent constitutivement la voie AMPc/PKA. Cette différence est due à la distribution polarisée de la DAGLipase, l'enzyme synthétisant l'endocannabinoïde principal, le 2-arachidonoyglycerol (2-AG). De plus, l'inhibition pharmacologique de la DAGL modifie l'efficacité de plusieurs agonistes de CB1R dans le compartiment somatodendritique mais pas dans l'axone. Cet effet pourrait être dû à une modulation allostérique. Dans une troisième partie, nous avons étudié si les résultats ci-dessus peuvent être généralisés à d'autres RCPG. Etant donné que l'adressage axonal et la pharmacologie in vitro des récepteurs sérotoninergiques 5-HT1B montrent de fortes similitudes avec ceux de CB1R, nous avons étudié la pharmacologie de ces récepteurs en utilisant la technique de FRET développée précédemment. De façon similaire, nous avons trouvé une pharmacologie différentielle entre l'axone et les dendrites.