Contribution de la forme nucléaire de l'uracile DNA glycosylase aux étapes précoces du cycle de réplication du virus de l'immunodéficience humaine de type 1
Contribution of the nuclear form of the uracil DNA glycosylase during early steps of HIV-1 replication cycle
par Hérate Cécile sous la direction de Bénichou Serge
Thèse de doctorat en Infectiologie
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Monday 06 July 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • VIH (virus)
  • Virus -- Reproduction

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
VIH-1, Vpr, Uracile DNA glycosylase (UNG), Replication protein A (RPA), Rétrotranscription, Réplication du VIH-1, Macrophages
Resumé
La protéine auxiliaire Vpr du VIH-1 est exprimée tardivement au cours de la réplication virale. Toutefois, du fait de son encapsidation dans les particules virales, elle joue un rôle important dès les étapes initiales du cycle de réplication viral. Cette protéine de 96 acides aminés intervient en effet au cours de la rétrotranscription du génome viral puis de la translocation de l'ADN viral vers le noyau de la cellule hôte. Parallèlement, elle provoque un arrêt du cycle cellulaire et l'apoptose des lymphocytes T infectés. Alors qu'il a été établi que Vpr participait au contrôle de la fidélité de la rétrotranscription via le recrutement au sein des particules virales de l'uracile DNA glycosylase 2 (UNG2), enzyme impliquée dans les processus de réparation de l'ADN, certaines études ont ensuite remis en question l'impact positif de l'encapsidation de l'UNG2 sur la réplication virale. Les travaux présentés ici permettent de confirmer le rôle de l'UNG2 dans le contrôle du taux de mutations au sein de l'ADN synthétisé à partir de l'ARN viral par un mécanisme indépendant de son activité enzymatique, mais lié à des déterminants situés dans la partie N-terminale de la protéine engagée dans le recrutement de la sous-unité p32 du complexe RPA (Replication protein A) (RPA32). Nous avons montré, dans un premier temps, que la production de virus dans des cellules dont les niveaux d'expression de l'UNG2 et de RPA32 étaient diminués se traduisait par une réduction significative du pouvoir infectieux des particules virales et de la synthèse de l'ADN viral. Nous avons ensuite montré que la protéine Vpr est capable de former un complexe tri-moléculaire avec les protéines UNG2 et RPA32, et confirmé l'importance de ces deux protéines cellulaires pour permettre une réplication virale optimale aussi bien dans des lignées cellulaires T que dans les cellules primaires cibles du VIH-1. Même si les macrophages et les PBMCs (cellules mononucléaires du sang périphérique), cellules cibles du VIH-1, expriment des niveaux faibles d'UNG2 et de RPA32, ces protéines cellulaires semblent requises pour permettre une synthèse d'ADN virale suffisante à la réplication optimale du virus dans ces cellules primaires. L'ensemble de ces résultats suggère que le contrôle de la rétrotranscription par Vpr a lieu via le recrutement de deux protéines cellulaires UNG2 et RPA32 permettant la dissémination efficace du VIH-1 dans les cellules cibles primaires.