Relation entre la méthylation des promoteurs du gène IGF1 et les variations de la croissance des enfants
Relationship between DNA methylation of IGF1 gene promoters and child growth variations
par Ouni Meriem sous la direction de Bougnères Pierre-François
Thèse de doctorat en Génétique
École doctorale Bio Sorbonne Paris Cité

Soutenue le Thursday 02 July 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Enfants -- Croissance
  • Méthylation
  • Phénotype
  • Épigénétique

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Méthylation de l'ADN, Expression génique, IGF1, GH, Croissance des enfants, Trait quantitative
Resumé
A l'interface de la génétique et de l'environnement, l'épigénétique contribue à la diversité phénotypique. Déterminer l'impact de la variation épigénétique sur les caractères quantitatifs (QT) est un nouveau défi. La croissance staturale fournit l'opportunité d'étudier la variabilité de plusieurs traits phénotypiques liés entre eux : des QT cliniques (la taille, l'accélération de la vitesse de croissance en réponse à l'hormone de croissance, GH) et des QT biologiques tels que la concentration d'IGF1 et la réponse de cette concentration à la GH. L' « Insulin-like Growth Factor 1 » (IGF1) contrôle la croissance postnatale chez les mammifères, y compris l'homme. Nous l'avons choisi comme locus candidat pour nos études épigénétiques. Nous avons quantifié la méthylation des deux promoteurs P1 et P2 de ce gène, qui régulent son expression. Notre objectif était d'évaluer la contribution de la méthylation d'ADN de ces promoteurs i) à la taille des enfants en croissance, ii) à l'IGF1 circulant, iii) et à la réponse de ces paramètres à un traitement par la GH. Taille et IGF1 circulant. La relation entre la méthylation des promoteurs d'IGF1 et la taille a été étudiée au sein de deux cohortes du service d'endocrinologie pédiatrique, totalisant 216 enfants prépubères de différentes statures. Nous avons montré que la méthylation d'un groupe de six CGs situés dans la partie proximale du promoteur P2 du gène IGF1 présentait une corrélation inverse avec la croissance et l'IGF1 circulant. Les enfants les plus grands sont ainsi moins méthylés sur ces CGs que les enfants de petite taille. La contribution de la méthylation à la variance de la taille a été évaluée à environ 13%, et à 10% pour la variance de l'IGF1 sérique. Pour montrer que l'association observée reflète une causalité biologique, nous avons étudié le lien entre la méthylation des promoteurs P1 et P2 et l'activité transcriptionnelle du gène IGF1 in vivo et in vitro. Nous avons montré que les quantités de transcrits de classe II, issus du promoteur P2, sont inversement corrélés à la méthylation du promoteur P2 dans les cellules sanguines mononucléées. In vitro, nous avons cloné le promoteur P2 déméthylé ou méthylé dans un plasmide rapporteur (luciferase) transfecté dans la lignée HEK293 : le promoteur déméthylé s'est révélé nettement plus actif (+57%). Finalement, nous suggérons que l'hyperméthylation de certains CGs du P1 et du P2 d'IGF1 pourrait être un des nombreux mécanismes moléculaires responsables d'une moindre expression du gène et d'un phénotype de petite taille. La réponse au traitement par la GH. Une fraction des enfants de petite taille est traitée par l'hormone de croissance (GH) pour accélérer sa croissance, mais l'efficacité du traitement est très variable entre les individus. Les causes de cette variabilité sont partiellement comprises : la génétique joue un rôle, mais il reste une place possible pour la variabilité épigénétique. Dans ce but, nous avons étudié l'effet direct de la variabilité épigénétique sur la transcription du gène IGF1 et l'IGF1 circulant, dans un test aigu d'administration de GH, puis sur la réponse thérapeutique à un traitement d'un an par la GH. Après une injection de GH, nous avons constaté une augmentation variable du nombre de transcrits d'IGF1 chez les enfants étudiés. L'augmentation des transcrits de la classe II était inversement corrélée à la méthylation des CGs du P2. La variabilité de méthylation au CG-137 contribuait pour 20% à 67% de l'expression d'IGF1 en réponse à la GH. Chez 136 enfants de petite taille, nous avons montré que la méthylation de l'ADN du promoteur P2 était associée à la réponse au traitement par la GH au cours de la première année. Cette association est observée pour l'augmentation de la vitesse de croissance et pour les taux d'IGF1. (...)