Un siècle d'école dans l'Androy (XXe-début XXIe siècle) : logiques politiques, sociales et familiales de la scolarisation dans une région de Madagascar
One hundred years of schooling in Androy (20th to early 21st century) : political, social and family logics of school attendance in a region of Madagascar
par Deleigne Marie-Christine sous la direction de Pilon Marc
Thèse de doctorat en Sociologie, démographie
ED SHS (doublon ECD_ID=1)

Soutenue le Friday 25 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Androy (Madagascar, région)
  • Madagascar
  • Éducation
  • Éducation et État
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Education, Politiques éducatives, Offre scolaire, Logiques de scolarisation, Inégalités, Pauvreté, Familles, Genre, Madagascar, Androy
Resumé
Située à l'extrême Sud de Madagascar, la région Androy connaît plusieurs particularités par rapport au reste du pays dans le domaine scolaire : les indicateurs de scolarisation et d'alphabétisation y sont les plus faibles de l'Île et les filles y apparaissent singulièrement plus scolarisées que les garçons au niveau primaire. Cherchant à comprendre ces singularités, cette recherche a pour objet l'étude de la (non-)scolarisation dans la région, sur le temps long (depuis l'avènement de l'école jusqu'à aujourd'hui). Afin de saisir la dynamique du fait scolaire et le sens des pratiques de scolarisation dans l'Androy, il s'agit de mettre à jour l'évolution des logiques et des enjeux qui se jouent dans les inter-relations entre politiques éducatives, offre scolaire et demandes sociales et familiales de scolarisation. Plus spécifiquement, il s'agit, d'une part, de comprendre le "retard" scolaire et caractériser l'évolution de la scolarisation dans l'Androy et, d'autre part, de révéler la pluralité des pratiques sociales et familiales face à l'école et les logiques qui les sous-tendent. Au croisement de la sociologie, de la démographie, de l'histoire et de l'anthropologie, cette recherche mobilise plusieurs sources, quantitatives et qualitatives, recoupées et critiquées à la lueur de leurs conditions de production : discours et statistiques (administratifs et scolaires) tirés des archives de la période coloniale, statistiques et énoncés de politiques éducatives du ministère de l'éducation, recensement de la population de 1993, enquête démographique et de santé 2008-09, enquête socio-anthropologique menée dans le district de Tsihombe. Contrairement à l'argument souvent avancé d'un "refus" de l'école par la population de la région, longtemps considérée comme "archaïque", "arriérée" et refusant le "progrès", cette recherche amène à entrevoir la complexité des facteurs expliquant le "retard scolaire" de l'Androy. Ces facteurs se déclinent et s'articulent entre le faible intérêt des pouvoirs successifs (coloniaux et post-coloniaux) pour le développement - scolaire ou plus général - de cette région; le refus de la "soumission" au pouvoir central et la méfiance vis-à-vis de l'administration et de l'État (fanjakana) et de l'institution qui en a formé les agents; les enjeux locaux de pouvoir dans la quête du savoir et de la culture scolaires; enfin, la capacité de l'école elle-même à permettre l'acquisition réelle de savoirs scolaires variable dans le temps et dans l'espace. En considérant la pauvreté comme multidimensionnelle et relative, cette recherche permet également de relativiser l'importance du capital économique dans les pratiques de scolarisation des familles. L'adhésion à l'école n'apparaît pas dialectiquement liée à la seule dimension monétaire et économique du capital possédé par les familles, mais plus intimement au capital social - au sens de Bourdieu - et à la capacité du capital scolaire à produire du capital symbolique. Dans la continuité de ce raisonnement, si les filles sont davantage scolarisées que les garçons depuis le milieu des années 1980, elles l'ont été dans un premier temps "par défaut" avant qu'une véritable préférence pour la scolarisation des filles n'émerge plus récemment. Ce phénomène récent semble renvoyer à l'élargissement du champ des possibles pour les femmes au sein de la société en même temps qu'un focus sur la scolarisation des filles et l' "empowerment" des femmes devient plus prégnant au niveau des pouvoirs publics et plus encore des organisations internationales intervenant dans la région. Si la scolarisation s'est fortement accrue au cours de la dernière décennie, la question des inégalités face à l'école demeure : moins d'un enfant sur deux accède à l'école dans la région, et moins d'un garçon sur trois, l'écart entre filles et garçons tendant à se creuser au détriment de ces derniers, du moins d'un point de vue statistique au niveau régional.