Fonctions exécutives et cognition sociale chez des patients traités dans l'enfance pour une tumeur frontale bénigne ou maligne
Frontal lobe tumours in children and adolescents : executive function and theory of mind
par Longaud-Valès Audrey sous la direction de Dellatolas Georges
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Monday 17 June 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cerveau -- Tumeurs chez l'enfant
  • Fonctions exécutives (neuropsychologie)
  • Émotions chez l'enfant
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Tumeurs frontales, Émotions, Fonctions exécutives, Enfants
Resumé
En neuro-oncologie pédiatrique, les études neurocognitives et neuropsychologiques sur les tumeurs hémisphériques (sus-tentorielles) sont plus rares que celles sur les tumeurs de la fosse postérieure (sous-tentorielles), bénignes (notamment l'astrocytome pilocytique du cervelet) ou malignes (en particulier, le médulloblastome qui est la tumeur maligne la plus fréquente chez l'enfant). A l'heure actuelle il n'existe pas, à notre connaissance, de séries publiées de cas d'enfants traités pour tumeur frontale, bénigne ou maligne et même les descriptions isolées d'un seul cas restent rares (Daigneault, S & al, 1997 ; Anderson, S.W, 2000). Il existe des séries de cas de tumeur frontale chez l'adulte (Roca & al, 2010 ; Yong-Gao & al, 2012). Il existe par contre une littérature importante porte sur le devenir et les séquelles des enfants traités pour une tumeur de la fosse postérieure. En effet, les progrès thérapeutiques ont amélioré les taux de survie, et plusieurs équipes ont examinés l'impact de différents facteurs (essentiellement mais pas exclusivement médicaux : topographie lésionnelle, âge d'apparition de la tumeur, nature des traitements et complications, etc., mais aussi niveau d'éducation des parents, etc.) sur les séquelles motrices et cognitives, le devenir et la qualité de vie de ces enfants et adolescents. Entre septembre 2010 et septembre 2011, 21 patients âgés entre 8 ans 3 mois et 27 ans 10 mois au moment de l'évaluation neuropsychologique ont été inclus dans cette étude. L'évaluation neuropsychologique, réalisée en deux temps, incluait des tests (tests papier-crayon et épreuves écologiques) évaluant l'efficience intellectuelle, des fonctions exécutives, d'attention, et de théorie de l'esprit. 44 patients contrôles ont été appariés en âge, sexe et NSC (niveau socio-économique) au groupe de patients. Au niveau statistique d'importantes différences sont relevées, notamment, dans les épreuves de reconnaissance d'expressions faciales émotionnelles. Il s'agit de la 1ère étude qui évalue les fonctions cognitives et affectives dans un groupe de patients ayant été traités dans l'enfance pour une tumeur frontale bénigne ou maligne.