De la créativité et de ses expressions chez les étudiants en grandes écoles
About creativity and its expressions among students from grandes ecoles (business and engineering schools)
par Peiffer Christine-France sous la direction de Neau Françoise
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Saturday 28 November 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect psychologique
  • Créativité
  • Créativité chez l'adolescent
  • Grandes écoles
Un embargo est demandé par le doctorant jusqu'au 28 November 2026
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Grandes écoles, Classes préparatoires, Étudiants, Créativité, Sublimation, Rorschach, TAT
Resumé
Cette recherche en psychanalyse et psychologie projective questionne, sous l'angle de la créativité, le système des grandes écoles en France et celui des classes préparatoires, mode de formation le plus courant pour intégrer ces écoles (établissements élitistes, principalement de commerce et d'ingénieurs). Elle s'intéresse aussi au processus adolescent activement à l'œuvre chez les élèves qui, pour la plupart, trouvent en classe prépa, manière à traiter leurs conflits. Si l'adolescence pousse à la créativité, le passage en prépa favorise la sublimation, destin pulsionnel privilégié qui peut ouvrir aux plus belles créations. A partir de ces réflexions, étayées par l'analyse métapsychologique de la créativité et de son rapprochement avec la sublimation, nous conjecturons que les étudiants en grandes écoles, issus des classes prépas, pourraient s'avérer particulièrement créatifs. Concourraient à cette disposition une pugnacité au travail, mue par le désir inextinguible d'apprendre, ainsi qu'une certaine forme de nostalgie, relative à l'enfance envolée. Notre rencontre avec vingt étudiants - qui ont accepté de se prêter aux méthodes projectives - vient vérifier cette hypothèse : la distinction entre deux groupes d'étudiants, issus des classes prépas ou bien admis par d'autres voies, confirme l'expression plus aisée du potentiel créateur chez ceux du premier groupe. La recherche s'interroge ensuite sur l'exercice de la créativité après les diplômes, notamment lorsqu'elle se déploie dans le domaine des mathématiques.