The developmental polarity and morphogenesis of a single cell
Développement de la morphogenèse et de la polarité d'une cellule unique
par Bonazzi Daria sous la direction de Minc Nicolas
Thèse de doctorat en Biologie cellulaire
École doctorale Interdisciplinaire Européenne Frontières du Vivant

Soutenue le Friday 06 March 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Morphogenèse
  • Polarité (biologie)
  • Symétrie brisée (physique)

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Morphogenèse, Levure fissipare, Spore, Brisure de symétrie, Polarité cellulaire, Mécanique cellulaire
Resumé
Comment les cellules établissent leurs formes et organisations internes est un problème biologique fondamental. Au cours de cette thèse, j'ai étudié le développement de la forme cellulaire et de la polarité chez la cellule de levure fissipare. Ces études sont fondées sur l'exploration de la façon dont les petites spores symétriques de levures se développent et s'organisent pour briser la symétrie pour la définition de leur tout premier axe de polarité. Dans une première partie, j'ai étudié les couplages entre la mécanique de surface de la paroi cellulaire des spores et la stabilité de domaines de polarité de Cdc42 qui contrôlent les aspects spatio-temporelles de la brisure de symétrie de ces spores. Dans une seconde partie, j'ai étudié les mécanismes par lesquels ces domaines de polarité contrôlent leur taille et l'adapte à la géométrie de la cellule, un processus vraisemblablement pertinents pour comprendre comment des domaines fonctionnels corticaux s'adaptent à la taille des cellules. Globalement, ces nouvelles recherches focalisant sur la façon dont les cellules développent dynamiquement leur forme et polarité de novo, permettent de mettre en évidence des couplages complexes dans la morphogenèse qui ne peuvent pas être testés en regardant les cellules à « l'état stationnaire» ou avec des outils génétiques.