Plainte subjective de mémoire : déterminants psychologiques, recherche d'aide médicale et efficacité d'une prise en charge psychoéducative
Subjective memory complaint : psychological determinants, medical help-seeking and efficacy of a psychoeducational program
par Tandetnik Caroline sous la direction de Bungener Catherine
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Friday 13 November 2015 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Aspect psychologique
  • Troubles de la mémoire

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Plainte subjective de mémoire, Déclin cognitif subjectif, Vieillissement, Maladie d'Alzheimer, Psychoéducation, Intervention, Schémas préoces inadaptés de Young
Resumé
Contexte : La plainte subjective de mémoire correspond à la perception de difficultés de mémoire par le sujet, alors que les performances mnésiques objectives, évaluées par un bilan neuropsychologique, sont normales. Notre recherche visait premièrement à identifier les déterminants psychologiques de la plainte subjective de mémoire et deuxièmement, à évaluer les effets d'un programme psychoéducatif dédié à cette plainte, le programme PrévMém. Méthodologie : Les participants, qui tous se plaignaient de leur mémoire, ont été recrutés soit par les neurologues d'un service spécialisé dans la mémoire, soit par le biais d'une complémentaire santé. Un bilan neuropsychologique permettait de confirmer l'absence de troubles objectifs de mémoire. Des évaluations psychologiques (plainte de mémoire, métamémoire, dépression, anxiété, schémas précoces inadaptés de Young) par auto-questionnaires informatisés ont eu lieu avant le programme (n=144), à la fin du programme (n= 104) puis un an après la fin de celui-ci (n=34). Un bilan neuropsychologique était à nouveau réalisé un an après la fin du programme. Le programme PrévMém consistait en 5 séances de deux heures en groupe, à raison d'une séance par semaine animées par différents professionnels de santé. Résultats : A l'entrée du programme, les facteurs les plus prédictifs de la plainte de mémoire étaient les schémas de Young, en particulier celui de dépendance / incompétence. De plus, les personnes qui ont été recrutées par le biais d'une consultation dans un service hospitalier spécialisé, se distinguaient des autres par un niveau plus élevé de plainte de mémoire et de symptomatologie anxio-dépressive. Le programme PrévMém a permis de diminuer significativement le niveau de plainte de mémoire, le perfectionnisme mnésique et les inquiétudes envers la maladie d'Alzheimer. Conclusion : Notre étude a confirmé l'influence des facteurs psychologiques sur la plainte de mémoire et a mis en lumière la valeur prédictive du schéma cognitif dépendance / incompétence. Elle a également montré l'intérêt d'une prise en charge psychoéducative. Les résultats suggèrent d'introduire, dans de futures interventions psychothérapeutiques, un travail cognitif ciblé sur ce schéma de dépendance / incompétence.