À la recherche des liens entre mémoire et identité : études comportementales et en neuroimagerie fonctionnelle des différences liées au sexe et à l'identité de genre en mémoire autobiographique
Seeking for links between memory and identity : behavioral and functional neuroimaging studies of sex and gender identity-related differences in autobiographical memory
par Compère Laurie sous la direction de Piolino Pascale
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Monday 28 November 2016 à Sorbonne Paris Cité

Sujets
  • Différences entre sexes
  • Mémoire épisodique
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Identité de genre, IRMf, Mémoire autobiographique, Self conceptuel, Sexe
Resumé
Il existe un lien bidirectionnel entre identité et mémoire, la mémoire autobiographique contenant toutes les informations qui permettent à un individu de se définir. Or, un point important de notre identité est de se définir en tant qu'homme ou femme. De plus, d'un point de vue cognitif, hommes et femmes présentent des différences de performances à un certain nombre de tâches dont des tâches de mémoire autobiographique. Dans cette thèse, nous avons souhaité investiguer à partir de méthodes comportementales et en neuroimagerie fonctionnelle les différences entre hommes et femmes dans la mémoire autobiographique épisodique et sémantique et ses liens avec l'identité, afin de déterminer si ces différences sont plutôt dues à des facteurs biologiques inhérents au sexe ou sociaux inhérents à l'identité de genre. Nos résultats convergent vers l'idée que l'identité de genre est plus déterminante que l'appartenance à un sexe dans la construction des souvenirs.