Les relations homme/femme dans le cinéma iranien postrévolutionnaire, stratégies des réalisateurs, analyse sémiologique
Relationships between man and woman in Iranian post-revolutionary cinema, Directors' strategies. A semiological analysis
par Bagheri Griffaton (Bagheri) Asal sous la direction de Houdebine Anne-Marie
Thèse de doctorat en Sémiologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Wednesday 09 May 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Au cinéma
  • Cinéma
  • Cinéma -- Censure
  • Iran
  • Relations hommes-femmes
  • Tabou

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))
Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Cinéma iranien postrévolutionnaire,Relation homme/femme,Censure,Tabou,Sémiologie des indices,Indice,Effet de sens
Resumé
Encadré par la théorie et la méthodologie de la sémiologie des indices proposée par Anne-Marie Houdebine, ce travail analyse les relations homme/femme, sous le coup de la censure, dans le cinéma iranien postrévolutionnaire. L'analyse systémique permet de dégager d'abord les strates iconique, scénique, sonore et technique à l'intérieur du corpus des scènes de films. Ensuite, il met en évidence des éléments explicités qui montrent qu'au plan formel existe un certain nombre de récurrences dans toutes les scènes analysées quel que soit le film travaillé. Au plan de l'expression, une grammaire formelle de la relation homme/femme dans le cinéma iranien a été dégagée. Au plan du contenu, des illusions de proximité et de rapprochement, des déclarations d'amour, des propositions sexuelles, de l'érotisme ainsi que des relations amoureuses et sexuelles surgissent à travers différentes configurations syntagmatiques des indices tels que le regard, le geste avorté, la scène de retour, l'enfant, l'objet symbolique, l'extérieur, l'intérieur, la voiture, la cour, le hors champ, la transition et la musique. En construisant son espace comme l'architecture iranienne traditionnelle entre l'externe (espace réservé aux invités et aux étrangers à la famille) et l'interne (espace privé) mais également en s'emparant des figures de styles à l'instar de la poésie iranienne classique, le cinéma iranien parle pudiquement de l'amour et créé ainsi sa propre iranité concernant les relations homme/femme.