Ciblage thérapeutique d'AMPK dans les leucémies aiguës myéloïdes
AMPK is a therapeutic target in acute meloid leukemias
par Sujobert Pierre sous la direction de Tamburini-Bonnefoy Jérôme
Thèse de doctorat en Hématologie et oncologie
École doctorale Biologie et Biotechnologie

Soutenue le Thursday 20 November 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • AMP kinase
  • Leucémie aigüe myéloïde
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Leucémie aigue myéloïde, LAM, AMPK, MTORC1, Létalité synthétique, Autophagie, Voie de réponse intégrée au stress, ATF4, EIF2A, PERK
Resumé
Les leucémies aiguës myéloïdes (LAM) représentent un groupe d'hémopathies malignes agressives, de pronostic sombre en dépit des traitements intensifs actuellement proposés. Malgré une grande hétérogénéité clinique et moléculaire, les cellules de LAM sont caractérisées par l'activation de voies de signalisation essentielles à leur prolifération et leur survie, comme par exemple celle du complexe mTORC1 (mammalian target of rapamycin complex 1). Cependant, l'utilisation clinique d'inhibiteurs tels que la rapamycine ou des inhibiteurs catalytiques s'est avérée décevante, ce qui suggère qu'il n'y a pas d'addiction oncogénique à mTORC1 dans les LAM. Au cours de ce travail, nous avons démontré que l'activation de mTORC1 est au contraire une condition nécessaire à l'induction de la mort cellulaire en réponse à l'activation d'AMPK (AMP-activated protein kinase), établissant une relation de létalité synthétique entre ces deux voies. Pour cela, nous avons utilisé un nouveau composé activateur spécifique d'AMPK, le GSK621. En invalidant la sous-unité catalytique AMPKα1 par ARN interférence ou par le système CRISPR/Cas9, nous avons démontré que les effets antileucémiques de ce composé sont bien dépendants de l'activation d'AMPK. Nous avons observé que ce composé favorise l'autophagie, et que ce processus est impliqué dans la mort des cellules leucémiques puisque l'inhibition des protéines ATG5 ou ATG7 a un effet protecteur sur les cellules leucémiques. Les effets antileucémiques du composé GSK621 ont été confirmés sur des cellules primaires, ainsi que sur un panel de vingt lignées de LAM, et dans un modèle murin de xénogreffe. De façon intéressante, l'activation d'AMPK pourrait également compromettre la survie des cellules souches leucémiques, comme en atteste l'atténuation du potentiel clonogénique en méthylcellulose de cellules murines transformées par MLL-ENL ou FLT3-ITD. Nous avons observé que le composé GSK 621 n'avait pas de toxicité envers les progéniteurs hématopoïétiques normaux, ouvrant ainsi une fenêtre thérapeutique intéressante. Comme l'activation d'AMPK conduit dans de nombreux modèles cellulaires à l'inhibition de mTORC1, et comme l'activation de mTORC1 est observée dans les cellules de LAM mais pas dans les progéniteurs hématopoïétiques normaux, nous avons proposé l'hypothèse que le niveau d'activation de mTORC1 déterminait les effets de l'activateur d'AMPK. Pour cela, nous avons inhibé mTORC1 dans les cellules leucémiques d'une part, et activé mTORC1 dans les progéniteurs normaux d'autre part. De façon inattendue, mTORC1 échappe au contrôle d'AMPK dans les LAM, et nous avons observé que l'activation de mTORC1 est une condition nécessaire et suffisante pour que le composé GSK621 entraîne la mort des cellules. Le substrat moléculaire de cette létalité synthétique est le facteur de transcription proapoptotique ATF4, dont la transcription est favorisée par mTORC1, et la traduction par AMPK via la phosphorylation d'eIF2A. Ces travaux proposent donc que malgré l'absence d'addiction oncogénique, l'activation de mTORC1 dans les LAM représente une opportunité thérapeutique originale via une relation de létalité synthétique avec l'activation d'AMPK. Ils constituent un rationnel au développement clinique d'activateurs d'AMPK dans les LAM, voire dans d'autres cancers ayant une activation constitutive de mTORC1.