Diasporic identification and gender construction in the Caribbean nightlife of Paris
Identification diasporique et construction de genre dans la vie nocturne antillaise de Paris
par Rossignoli Sabina sous la direction de Dianteill Erwan et de Kosnick Kira
Thèse de doctorat en Ethnologie
ED SHS (doublon ECD_ID=1)


Sujets
  • Antillais
  • France
  • Identité sexuelle
  • Spectacles et divertissements
  • Vie nocturne
  • Île-de-France (France)
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Genre, Diaspora, Transnationalisme, Cosmopolitisme, Migration, Musique, Danse, Distinction, Paris, Périphéries urbaines, Ville, Femmes, Mobilités, Inégalités, Racisme, Vie nocturne, Divertissement, Antilles françaises
Resumé
Cette thèse explore les formes d'identification adoptées par des antillais fréquentant les lieux de divertissements caribéens en région parisienne. Cela, dans une perspective d'études des questions de genre et diasporiques. Mon hypothèse est que la vie nocturne est un espace culturel encourageant les liens transnationaux et diasporiques. Ma méthodologie a été de fréquenter ces lieux selon les méthodes de l'observation participante et de l'entretien en région parisienne ainsi qu'en Martinique. D'abord, j'ai investigué la géographie humaine des lieux de divertissements antillais en banlieue parisienne en enquêtant sur les lieux d'habitation ainsi que sur l'origine sociale de mes informateurs. Par la suite, j'ai lié les pratiques de la vie nocturne aux phénomènes migratoires des antillais de France. Le fort caractère transnational de ces lieux de divertissement témoigne de constructions diasporiques qui n'ont pas été évoquées auparavant. Néanmoins, ma thèse souligne que ces constructions étaient problématiques pour mes informatrices qui devaient négocier leur sorties avec plusieurs contraintes. La deuxième partie de la thèse se concentre sur le caractère transnational et diasporique du zouk, un genre musical de la Caraïbe française. Je conclue en étudiant les inégalités de genre dans les discothèques et les stratégies que les femmes emploient pour participer aux soirées dancehall.