La Constitution marocaine du 29 juillet 2011 : rénovation institutionnelle et promotion des libertés
The constitution of July 2011 : institutional renovation and promotion of freedoms
par Dadi Soumaya sous la direction de Rouvillois Frédéric
Thèse de doctorat en Droit public
École doctorale Sciences Juridiques, Politiques, Economiques et de Gestion

Soutenue le Friday 06 June 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Gouvernance
  • Maroc
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Monarchie, Constitution, Réforme, Partis politiques, Société civile, Référendum, Élections législatives, Démocratie
Resumé
D'une portée inédite dans le voisinage maghrébin et arabe, à un moment crucial de l'évolution du monde arabo-musulman, la réforme constitutionnelle globale annoncée par SM le Roi Mohammed VI à la nation le 9 mars 2011, constitue l'aboutissement d'un processus de réformes économiques, politiques et sociales entamé depuis la fin des années 90. Fruit d'une démarche participative inédite dans l'histoire du Maroc, la constitution adoptée par référendum trois ans auparavant a jeté les bases d'une nouvelle phase dans le processus de consolidation d'un modèle démocratique marocain. Cette démarche, a été saluée par l'ensemble de la communauté internationale, l'estimant un pas important dans le développement politique en cours au Maroc, et une preuve significative de l'engagement de toutes les forces vives de la nation au projet de société porté par la nouvelle loi fondamentale. La nouvelle constitution est basée sur plusieurs fondements majeurs, qui concernent la séparation et l'équilibre des pouvoirs, la consolidation de l'Etat de droit, l'élargissement du champ des libertés individuelles et collectives, le renforcement du système des droits de l'Homme. Elle consacre pour la première fois, la reconnaissance de la composante culturelle amazighe, la volonté d'ériger la justice en un pouvoir indépendant. Elle prévoit également le renforcement du statut du premier ministre qui devient chef du gouvernement, la mise en place et la constitutionnalisation des instances en charge de promotion des droits de l'Homme et de la bonne gouvernance. En dehors de ces grands sujets, la nouvelle loi est riche de plusieurs dispositions qui touchent aux fondements de la société marocaine et à son insertion dans le concert des pays modernes et démocratiques. Elle ouvre de nouvelles perspectives, et va au-delà des aspirations exprimées, il s'agit d'une véritable révolution dans la vie politique du pays et un point de départ d'une ère nouvelle. Ce travail vise à montrer que la présente réforme n'est pas conjoncturelle ou due à un facteur unique, ce formidable sursaut de réforme n'est guère une affaire de circonstance, appelée désormais printemps arabe. Cette évolution constitutionnelle qui s'inscrit dans la stabilité du régime, semble démontrer sa maturité politique à travers son choix de mettre en œuvre de nouveaux mécanismes. Il s'agit donc d'un contexte institutionnel nouveau mais qui a pour objectif essentiel de consolider tous les acquis démocratiques qui ont été concrétisé tout au long de l'histoire contemporaine du Maroc et que nous nous proposons d'étudier. La nouvelle loi vient confirmer une fois encore l'exception du modèle marocain et son caractère singulier qui s'articule notamment autour d'une scène politique active et dynamique, puisant sa force d'une monarchie constitutionnelle, vieille de plusieurs siècles. Son exception est en fait un particularisme, une singularité due à la nature monarchique du régime et aux spécificités propres du Royaume, qui font que le changement ne s'opère pas par les mêmes canaux et ne s'exprime pas de la même façon.