Développement précoce de la segmentation des formes sonores : unités rythmiques, voyelles puis consonnes
Early development in segmenting word forms : rhythmic units, vowels and then consonants
par Nishibayashi Léo-Lyuki sous la direction de Nazzi Thierry
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Tuesday 18 November 2014 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Enfants -- Langage
  • Langage -- Acquisition
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Segmentation, Asymétrie consonne/voyelle, 6 mois, 8 mois, Francophone, Initialisation rythmique
Resumé
Les mots étant rarement produits hors contexte phrastique, les enfants vont devoir les extraire du flux de parole pour les apprendre. Les probabilités de transition (Saffran et al., 1996) et les unités rythmiques (Nazzi et al., 2006) seraient cruciales à l'émergence de la segmentation. Les formes sonores segmentées seront par la suite mémorisées en représentations phonétiquement détaillées. Cependant, selon Nespor et al. (2003) les consonnes seraient plus impliquées au niveau lexical que les voyelles, proposant un biais consonantique dans la reconnaissance des formes sonores segmentées. Le premier axe de ma thèse s'intéresse aux capacités précoces de segmentation chez les enfants francophones nés à terme et prématurés afin de déterminer quand elles émergent et dans quelle mesure les unités rythmiques sont impliquées. Le second s'intéresse à l'émergence et à l'origine du biais consonantique. Les résultats montrent que (1) les enfants nés à terme et prématurés sont capables de segmenter la parole en utilisant l'unité syllabique dès 6 mois ; (2) d'un biais vocalique à 6 mois, les enfants francophones, acquièrent un biais consonantique à 8 mois dans la reconnaissance de formes sonores segmentées ; (3) le biais consonantique proviendrait donc de l'acquisition des propriétés acoustiques/phonétiques de la langue maternelle.