Effet sur le microenvironnement tumoral d'une modulation pharmacologique du stress oxydant
Effect of oxidative stress modulators on tumor microenvironment
par Thomas-Schoemann (Thomas) Audrey sous la direction de Alexandre Jérôme
Thèse de doctorat en Cancérologie
École doctorale Génétique, Cellulaire, Immunologie, Infectiologie et Développement

Soutenue le Wednesday 20 June 2012 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cancérologie
  • Micro-environnement tumoral
  • Oxygène
  • Stress oxydatif
  • Vinorelbine

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Formes réactives de l'oxygène, Modulateurs du stress oxydant, Microenvironnement tumoral, Cellules immunitaires, Cancer, Vinorelbine, Effet bystander, Trioxyde d'arsenic
Resumé
Les Formes réactives de l'oxygène (FRO) ont un rôle bien établi dans l'oncogénèse en augmentant les capacités de prolifération et d'invasion des cellules tumorales. Mais les FRO exercent aussi un effet important sur le microenvironnement tumoral, en particulier en participant à l'échappement des tumeurs au système immunitaire. Une modulation pharmacologique de l'équilibre oxydo-réductif tumoral est donc susceptible d'influencer la progression tumorale. Il a été montré que l'induction pharmacologique d'un stress oxydant dans les cellules tumorales peut induire un effet cytotoxique mais ses effets sur le microenvironnement sont moins bien connus. L'objectif de nos travaux était d'étudier l'effet d'une modulation du stress oxydant sur les cellules immunitaires du microenvironnement tumoral et in fine de préciser les conséquences potentielles sur la progression tumorale. L'arsenic trioxyde (As2O3), inducteur de FRO, présentait à faible dose, dénuée d'effet cytotoxique direct sur les cellules malignes, un effet antitumoral dans un modèle de cancer colique murin. Cet effet était lié à une déplétion sélective en lymphocytes T régulateurs (Tregs) et était médié par la génération d'anions superoxyde (O2°-) et de monoxyde d'azote (NO), eux même responsables de la formation de peroxynitrite. Les Tregs présentaient un niveau basal de FRO plus élevé que les autres populations lymphocytaires, qui pourrait expliquer leur plus grande sensibilité à un surcroît de stress oxydant induit par l'As2O3. Un cytotoxique antitumoral, la vinorelbine, s'est également montré capable d'exercer un effet sur le microenvironnement tumoral. Par co-cultures, nous avons montré que la vinorelbine induisait un effet bystander toxique sur les cellules immunitaires effectrices voisines des cellules tumorales. In vivo, le prétraitement par vinorelbine de cellules malignes implantées à la souris était responsable d'une perte de la réactivité anti-tumorale des cellules mono-nuclées. Cet effet était dépendant de la production d'O2°- et de NO par les cellules malignes. Un modulateur du stress oxydant, le mangafodipir, inhibait cet effet, permettant ainsi de restaurer la réponse immunitaire antitumorale locale. Notre travail a donc permis de mettre en évidence que des modulateurs du stress oxydant peuvent agir sur le microenvironnement, et spécialement sur les cellules immunitaires. Ils pourraient être utilisés en clinique pour restaurer la réponse immunitaire antitumorale. Une meilleure compréhension du rôle du stress oxydant dans la défaillance de l'immunité antitumorale est nécessaire.