La famille camerounaise entre tradition et modernité : aspirations et représentations familiales de l'enfant handicapé
Pas de titre en anglais
par Ntsama (Betsogo Atangana) Rosine sous la direction de Mouchtouris Antigone
Thèse de doctorat en Sociologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Tuesday 09 July 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cameroun
  • Ethnologie -- Cameroun
  • Famille -- Anthropologie
  • Handicap -- Sociologie
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Famille, Handicap, Aspirations sociales, Représentations sociales, Tradition, Modernité
Resumé
Cette thèse aborde l'évolution de la famille dans le contexte africain en général et en République du Cameroun en particulier à travers le handicap. La famille ne peut plus gérer le handicap dans la sphère privée. Le changement structurel constaté au travers des aspirations et des représentations sociales des acteurs sur la gestion du handicap suscite des réformes institutionnelles. Ainsi, le handicap de par ses aspirations crée une dynamique sociale permettant alors la cohabitation et la coexistence des deux systèmes de prise en charge à savoir : « tradition et modernité ». L'on voit la famille transférer la problématique du handicap de la sphère privée à la sphère publique qu'est l'État. L'analyse situationnelle réalisée dans les dix régions du Cameroun a permis de comprendre la mise en œuvre des pratiques sociales pour l'autonomie et l'épanouissement des personnes handicapées. Ainsi, la gestion de la prise en charge des personnes handicapées introduit un processus de modernisation. Des contradictions et des ambivalences observées traduisent par ailleurs la complexité qui engendre un type de contemporanéité. La construction sociale de l'État laisse à croire que celui-ci ne peut pas gérer le handicap sans la collaboration des familles. La famille devient donc un partenaire de l'État dans le traitement social de la personne handicapée. Cette recherche mène à comprendre comment la famille en tant qu'institution de socialisation et vecteur de cohésion sociale traduit la complexité de sa réalité sociale pour susciter des transformations sociales au travers de la prise en charge des personnes handicapées.