La maladie d'Erdheim-Chester au-delà de la voie des MAPKinases : association aux néoplasmes myéloïdes et mutations additionnelles, profil des monocytes et de polarisation lymphocytaire T, interaction avec l'ostéogénèse
Erdheim-Chester disease beyond the MAPK pathway : association with myeloid neoplasms and additional mutations, monocytes profile and T cells polarization, interaction with osteogenesis
par Matthias PAPO-DARMON sous la direction de Thiago TROVATI-MACIEL et de Olivier HERMINE
Thèse de doctorat en Hématologie
ED 561 Hématologie, oncogenèse et biothérapies

Soutenue le vendredi 16 octobre 2020 à Université de Paris (2019-....)

Sujets
  • Cellules Th17
  • Erdheim-Chester, Maladie d'
  • Histiocytose X
  • Monocytes
  • Ostéopétrose
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Les thèses de doctorat soutenues à Université de Paris sont déposées au format électronique

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Néoplasme myéloïde
Resumé
La maladie d'Erdheim-Chester est une histiocytose du groupe L survenant principalement chez l'adulte d'âge moyen. Sa physiopathologie a récemment été éclairée par la découverte de mutations activatrices des voies signalisation intracellulaire, principalement dans la voie des MAPK dans les histiocytes pathologiques des tissus atteints. Ces découverts ont permis l'avènement de nouvelles thérapies ciblées, avec une efficacité notable. De nombreuses inconnues sur la pathogénèse de la maladie demeurent, notamment concernant le phénotype immunitaire et clinique. Dans une première partie, nous montrons que la maladie d'Erdheim-Chester est fréquemment associée aux néoplasmes myéloïdes, avec de nombreuses mutations additionnelles, ce qui témoigne d'une physiopathologie commune entre les deux pathologies. Dans une deuxième partie, nous avons mis en évidence un profil monocytaire particulier, avec une augmentation des proportions de monocytes classiques et une diminution des proportions de monocytes non-classiques, ce qui rappelle le profil monocytaire retrouvé dans la leucémie myélo-monocytaire chronique, témoignant de l'association non-fortuite des deux maladies. Nous avons également mis en évidence que les lymphocytes Th17 circulants étaient significativement augmentés et les lymphocytes T régulateurs circulants diminués. Troisièmement, nous avons mis en place un modèle murin reproduisant pour la première fois une manifestation clinique typique de la maladie, à savoir l'ostéosclérose des os longs. Nous formulons également l'hypothèse que, comme dans les néoplasmes myéloïdes, l'ostéosclérose observée est le résultat d'une dérégulation des protéines impliquées dans le remodelage osseux : ostéoprotégérine et RANK-L.