Les conditions sociales de l'adoption de comportements plus durables en matière de consommation et de gestion des déchets : analyse sociologique d'un dispositif de démocratie participative et des théories d'action en sciences humaines et sociales
Social conditions that foster more sustainable consumption behaviors and waste management : a sociological analysis of a participatory democracy procedure and theories of action in social sciences
par Galateau Estelle-Fleur sous la direction de Desjeux Dominique
Thèse de doctorat en Sociologie
Ecole doctorale Sciences Humaines et Sociales, Cultures, Individus, Sociétés (Paris)

Soutenue le Friday 29 November 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Aspect social
  • Consommation durable
  • Déchets -- Élimination
Le texte intégral n’est pas librement disponible sur le web
Vous pouvez accéder au texte intégral de la thèse en vous authentifiant à l’aide des identifiants ENT de l’Université, au sein de l’établissement en utilisant un compte invité Wifi ou en demandant un accès extérieur si vous pouvez justifier de votre appartenance à un établissement chargé d’une mission d’enseignement supérieur ou de recherche

Se connecter ou demander un accès au texte intégral

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version partielle de la thèse pour sa diffusion sur Internet (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Sociologie, Changement de comportement, Environnement, Écologie, Démocratie participative, Consommation économe, Déchets, Innovation
Resumé
Ce travail se propose d'analyser les procédés mis en place afin d'amorcer des changements de comportement, et de rendre plus durables les pratiques quotidiennes de consommation et de gestion des déchets. Nous cherchons à savoir si les valeurs, seules, plébiscitées actuellement, sont explicatives ou non, du changement, et s'il y a des contraintes fortes qui empêchent l'adoption de pratiques plus durables. Face à l'injonction participative actuelle sur les questions environnementales, nous avons étudié un atelier de démocratie participative, ayant pour objectif d'insuffler des changements de comportement chez ses participants. En une deuxième partie, nous avons analysé les théories actuelles en sciences humaines et sociales, afin de faire émerger d'autres leviers que celui de la démocratie participative.Ce travail montre que la démocratie participative émerge à partir d'acteurs intellectuels ou de militants idéalistes pour résoudre des problèmes de légitimité politique, de confiance et d'efficacité. Mais cet idéalisme, lequel est la condition du lancement de l'action, se heurte à une réalité sous contraintes qui demande de forts ajustements avec l'idéal, entrainant des changements d'usage limités, ce qui peut provoquer un découragement des pionniers/militants ou une fuite dans un imaginaire « eco-Fasciste », autoritaire ou utopique. Nous avons également pu observer, par l'analyse des théories d'action en sciences humaines et sociales, l'importance d'une réflexion portant sur les échelles d'observation pour analyser les changements de comportement. En effet, les échelles micro-Individuelle et microsociale, centrées notamment sur l'espace domestique et les usages, ne peuvent se suffire à elles-Mêmes. Elles sont encastrées dans les échelles méso et macro sociales, qui mettent en exergue des valeurs propres, des effets d'appartenances et de régulation sociale.