Cognitive, perceptual and motor bases for the acquisition of tool use in infants
Bases cognitives, perceptuelles et motrices de l'utilisation d'outils chez le très jeune enfant
par Rat-Fischer Lauriane sous la direction de Fagard Jacqueline
Thèse de doctorat en Psychologie
École doctorale Cognition, Comportements, Conduites Humaines

Soutenue le Wednesday 25 September 2013 à Université Paris Descartes ( Paris 5 )

Sujets
  • Cognition chez le nourrisson
  • Enfants -- Développement
  • Manipulation
  • Objets usuels

Depuis le 1er janvier 2012, les thèses de doctorat soutenues ou préparées à l’Université Paris Descartes sont déposées au format électronique, sous licence Creative Commons.

Consultation de la thèse sur d’autres sites :

Theses.fr (Version intégrale de la thèse (pdf))
TEL (Version intégrale de la thèse (pdf))

Description en anglais
Description en français
Mots clés
Psychologie
Resumé
L'utilisation d'outils est définie comme la capacité d'agir sur un objet par l'intermédiaire d'un autre objet. On sait que cette capacité se met en place vers la fin de la seconde année de vie chez l'enfant. Malgré un intérêt grandissant pour l'étude de l'apprentissage de l'utilisation d'outils, les étapes ainsi que les mécanismes sous-jacents de cet apprentissage restent très peu connus. Dans ce travail de thèse, nous avons cherché à savoir à partir de quel âge et dans quelles conditions le jeune enfant apprend à utiliser un outil pour rapprocher un objet hors de portée. Dans une première étude transversale, inspirée d'une étude préliminaire longitudinale sur 5 enfants entre 12 et 20 mois (Annexes 2 et 3), nous avons testé des bébés âgés de 14 à 22 mois sur une tâche d'utilisation d'un râteau pour approcher un jouet hors de portée (Article 1). Plusieurs conditions de relations spatiales entre le râteau et le jouet ont été comparées. Les résultats ont montré que les premiers succès spontanés apparaissent dès 14 mois lorsque le jouet est initialement placé contre le râteau ou dans sa trajectoire. Lorsque le jouet est placé à distance du râteau sur la table, les premières réussites spontanées n'apparaissent qu'entre 18 et 22 mois. De même lorsqu'un adulte fait la démonstration de cette condition, l'enfant n'est sensible à la démonstration qu'à partir de 18 mois. Dans la continuité de cette étude, une analyse plus fine des données nous a permis de mettre en évidence l'âge à partir duquel les enfants planifient leur action pour utiliser un outil (Article 2). Nous avons ainsi pu mettre en évidence qu'avant 18 mois, les enfants sont principalement influencés par leur préférence pour la main droite lorsqu'ils prennent le râteau. Au contraire, les enfants plus âgés ont plutôt tendance à varier la main utilisée en fonction de la position du jouet par rapport au râteau. Ces résultats mettent en évidence une meilleure anticipation de l'action et de son résultat chez les enfants en phase d'acquisition de la capacité à utiliser un outil. Une observation faite lors de ces premières études transversale et longitudinale a retenu notre attention. En effet, lorsque le jouet était fixé directement sur le râteau, tous les enfants étaient capables de le récupérer dès 12 mois. Cela suggère que l'enfant a acquis dès 12 mois la notion d'objet composite. Lors d'une étude complémentaire, nous avons observé un changement significatif de la connaissance de la notion de connexion entre objets entre 6 et 8 mois. À partir de 8 mois, on observe une anticipation visuelle vers la partie distale d'un objet composite lors de la prise de sa partie proche, montrant que l'enfant comprend qu'il peut agir sur la partie proche d'un objet composite pour atteindre la partie hors de portée de cet objet. A 8 mois l'enfant utilise donc la notion de connexion lorsqu'il interagit avec des objets composites. De même, on sait que dès 10-12 mois, lorsqu'un objet hors de portée est attaché à l'extrémité d'une ficelle à portée de sa main, un enfant tire sur la ficelle avant de chercher à prendre l'objet. Pourtant, lorsque dans une étude pilote nous avons présenté à des enfants de 16 mois un choix de plusieurs ficelles dont une seule était connectée à l'objet, les enfants ne choisissaient pas systématiquement la ficelle connectée. Nous avons cherché à savoir pourquoi même à 16 mois, l'enfant n'utilise pas cette notion de connexion entre objets pour résoudre cette tâche (Article 3). Pour cela, nous avons réalisé une étude comparant les performances des enfants à cette tâche (condition action) avec leurs comportements visuels vis-à-vis de la scène lorsqu'un adulte résolvait la tâche devant eux (condition vision)....